CEO Africa Forum à Kigali: comment accélérer la mise en œuvre de la ZLEC?

Le CEO Africa Forum s'est ouvert à Kigali ce lundi 25 mars 2019.
© RFI/David B

Le CEO Africa Forum s’est ouvert ce lundi 25 mars à Kigali. Plus de 1 800 participants, venus d’une centaine de pays, surtout africains, pour la plupart des chefs d’entreprise mais aussi des chefs d’Etat et de gouvernement. Un an après la création de la Zlec, la zone de libre-échange continentale, censée renforcer les échanges internes au continent africain, entrepreneurs et dirigeants sont réunis pour accélérer sa mise en œuvre effective.

Après sa signature il y a tout juste un an par 44 pays africains, l’accord créant la Zone de libre-échange continentale devait être ratifié par les Parlements d’au moins 22 de ces pays avant d’être appliqué.

Selon le président rwandais Paul Kagame, une seule ratification se fait encore attendre, les choses sérieuses vont donc vite commencer, d’ici l’été, selon des responsables de l’Union africaine. L'objectif est de faire passer le commerce interne au continent de 15% à 25%, sur le modèle, par exemple, du marché commun européen, qui concentre 70% des échanges des pays membres. Ce qui aurait pour effet de doper les économies nationales.

La Zone de libre-échange continentale est sur le point d’entrer en vigueur. Il ne manque plus qu’une seule ratification. Mais nous le savons tous : c’est maintenant que le travail le plus dur commence.

Paul Kagame, président du Rwanda
25-03-2019 - Par David Baché

Certains pays traînent cependant toujours les pieds, craignant que l’ouverture de leur marché ne se fasse au détriment de leurs entreprises nationales. Le Nigeria refuse toujours de rejoindre l’initiative, même si Paul Kagame a affirmé qu’il tentait de convaincre son homologue Muhammadu Buhari.

Les difficultés liées à la suppression des recettes douanières, à l’harmonisation de certaines réglementations, sont nombreuses. Certains chefs d’entreprises en veulent pour preuve les problèmes déjà existants au sein des zones de libre-échange sous-régionales, comme la Cédéao, où les engagements pris ne sont pas toujours respectés. « Je ne sous-estime pas les défis, leur a répondu la présidente éthiopienne, Sahle-Work Zewde, mais nous n’avons pas le choix : nous devons les relever. » 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.