Officiels de RDC sous sanctions: le tribunal de l'UE rejette le premier recours

Emmanuel Ramazani Shadary, ancien candidat à l'élection présidentielle congolaise, fait partie des personnalités visées par les sanctions européennes.
© REUTERS/Kenny Katombe

Le tribunal de l'Union européenne a rejeté, mardi 26 mars, le premier recours qui avait été introduit pour contester la légalité des sanctions imposées par l'Union européenne en mai 2017 contre huit officiels congolais pour « graves violations des droits de l'homme » et entraves à l'organisation des élections. Des sanctions qui concernent aujourd'hui quatorze officiels congolais et qui ont été renouvelées en décembre dernier malgré les fortes pressions exercées par Kinshasa. Mais ce n'est pas la fin de l'histoire, car d'autres recours existent et sont encore en cours d'examen.

Des sanctions « mal étayées » ou « justifiées davantage par la fonction des officiels concernés que par de réelles preuves »... Telle était la teneur des arguments avancés par la défense pour tenter de faire annuler ces sanctions. Des arguments rejetés les uns après les autres dans l'arrêt rendu mardi par le tribunal de l'UE.

Maître Bontinck, avocat belge des officiels congolais sous sanctions, relativise la portée de cette décision. Pour lui, ce rejet « n'est pas une surprise ». Il explique que ce premier recours, introduit en août 2017, avait été rédigé par une précédente équipe d'avocats et était en quelque sorte « mal ficelé » avec, selon lui, peu de chance d'aboutir.

Nouveaux recours

Mais, depuis, explique-t-il, deux nouveaux recours ont été introduits, dont le dernier en décembre, au moment du renouvellement des sanctions. Les recours portent cette fois moins sur le fond des accusations que sur des questions de procédures et sont toujours en cours d'examen.

Quoi qu'il en soit, du côté de l'Union européenne, mardi soir, on retenait surtout qu'en rejetant le premier recours, le tribunal de l'UE a confirmé que les sanctions prises en mai 2017 étaient bel et bien fondées. Et témoignent « du sérieux » de l'Union européenne dans ce dossier.

On précise cependant que « cette décision de la cour ne remet pas en cause l’engagement pris » en décembre dernier par l'UE « de réexaminer les sanctions une fois le processus électoral finalisé ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.