RDC: quel nouveau mandat pour la Monusco?

Opération de la Monusco à Butembo, le 22 février 2018.
© MONUSCO

C’est ce 29 mars que le projet de nouveau mandat de la Monusco est soumis au vote du Conseil de sécurité de l'ONU à New York. Le président congolais sortant Joseph Kabila avait demandé son départ au plus tard en 2020, laissant présager des coupes drastiques dans ses effectifs dès 2019. Mais l'arrivée à la tête du pays de Félix Tshisekedi change la donne. Si, lui aussi, est, à terme, pour un retrait, celui-ci doit être « progressif ».

À New York, après d'intenses discussions ces dernières semaines, on s'oriente finalement vers un renouvellement du mandat actuel, inchangé ou presque, pour une période transitoire qui pourrait être de neuf mois contre une année habituellement. Les Nations unies veulent prendre le temps de mener ce qu’on appelle une revue stratégique. En clair : « Faire un état des lieux ».

Une Monusco « marginalisée »

Le temps aussi, explique Gérard Gerold, de la Fondation pour la recherche stratégique, de voir quelle sera la réelle marge de manœuvre du président Tshisekedi et s'il sera en mesure de donner des gages d'une meilleure collaboration entre son pays et la force onusienne : « La Monusco est, depuis de longues années maintenant, marginalisée parce qu’elle n’a plus de possibilité d’action politique sur le gouvernement congolais. »

« Les actions communes avec les FARDC, explique ce chercheur associé de la Fondation pour la recherche stratégique, étaient de moins en moins nombreuses et toujours de plus en plus problématiques quand il s’agissait de l’action sur le terrain. D’autre part, dans le domaine des élections, par exemple, elle était complètement annihilée pendant ces dernières années. »

Donc, poursuit M. Gerold, je pense que l’on va voir comment ça va évoluer. Si ça évolue dans le bon sens et qu’on a une collaboration à peu près acceptable avec le gouvernement, eh bien on pourra essayer de se retirer petit à petit et puis voir quelles sont les dernières actions conjointes qu’on peut mener. Sinon, on fera un plan de retrait plus rapide, conforme à la volonté de l’ancien gouvernement de voir le retrait s’accélérer. »

Une des missions de l'ONU parmi les plus coûteuses

Les Nations unies sont présentes en RDC depuis une vingtaine d'années et la Monusco représente l'une de ses missions actuelles les plus importantes et les plus coûteuses. Son budget annuel est d'environ 1,11 milliard de dollars.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.