Tunisie: disparition d’un expert de l’ONU depuis son atterrissage à Tunis

Un avion de Tunisair à l'aéroport international de Carthage, à Tunis (image d'illustration).
© AFP/Fethi Belaid

Un expert de l'ONU est introuvable depuis son arrivée en Tunisie, ce mardi 26 mars. Moncef Kartas, qui travaille sur les violations de l'embargo sur les armes vers la Libye, a été vu pour la dernière fois lors de son arrivée à l'aéroport de Tunis où il a été arrêté par des hommes en civil. Après plusieurs jours de silence de la part des autorités tunisiennes, elles ont communiqué sur l’affaire ce vendredi matin.

Le ministre tunisien de l'Intérieur explique que deux individus de nationalité tunisienne ont été arrêtés mardi. Ils sont soupçonnés d'espionnage. Des documents confidentiels touchant à la sécurité nationale ont été retrouvés chez eux. Le communiqué ne précise pas les noms des deux personnes interpellées, mais on sait que cet expert des Nations unies, Moncef Kartas, est arrivé mardi soir dans la capitale en provenance de Rome.

C'est à sa sortie de l'aéroport de Tunis-Carthage qu'il a été vu pour la dernière fois. Une personne qui voyageait avec l'expert affirme qu'il a été arrêté par une douzaine d'hommes en civil se présentant comme des membres des forces de sécurité. Une arrestation alors que Moncef Kartas dispose d’une immunité diplomatique.

Sommet de la Ligue arabe ce week-end

Mercredi, le bureau de l'ONU dans le pays a adressé une note verbale au ministère tunisien des Affaires étrangères. Il s’agissait de demander de l'aide afin « de localiser Moncef Kartas, de connaître les raisons de son arrestation et d'avoir des informations sur son état de santé ».

Moncef Kartas, haut fonctionnaire à la double nationalité tunisienne et allemande, est depuis 2016 membre du groupe d’experts sur la Libye, en charge d’enquêter sur les violations de l’embargo sur les armes à destination de Tripoli. Dans un rapport qu’il a co-signé en 2017, on apprend qu’en 2012-2013, le territoire tunisien aurait servi de lieu de transit pour ces armes interdites. Moncef Kartas doit remettre un rapport ce week-end à Tunis sur la violation de l'embargo sur les ventes d'armes en Libye.

Dans le même temps, Tunis accueille le sommet de la Ligue arabe où la situation en Libye devrait être abordée, d'autant plus qu'Antonio Guterres, le patron de l’ONU, est attendu sur place. Avec un expert onusien non localisable, difficile de savoir dans quel état d'esprit sera le secrétaire général des Nations unies.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.