Cyclone Idai: l’appel de la FAO pour aider les agriculteurs et les pêcheurs

Deux semaines après le passage du cyclone Idai, qui a fait près de 500 morts au Mozambique et 250 au Zimbabwe, la région peine à se relever.
© AFP PHOTO / MISSION AVIATION FELLOWSHIP / RICK EMENAKET

Deux semaines après le passage du cyclone Idai, qui a fait près de 500 morts au Mozambique et 250 au Zimbabwe, la région peine à se relever. Une épidémie de choléra s'est déclarée au Mozambique, où des centaines de milliers de personnes sont toujours sans abris et les destructions n'ont pas seulement affecté les habitants et leurs maisons, elles ont également détruit leurs moyens de production. La FAO, agence onusienne pour l'alimentation et l'agriculture, lance aujourd'hui un appel aux bailleurs internationaux : 19 millions de dollars sont nécessaires pour relancer l'activité des agriculteurs et des pêcheurs du Mozambique, et assurer la survie des habitants dans les mois qui viennent.

Les eaux ne se sont pas encore totalement retirées, et l'évaluation des dégâts et donc des besoins n'est pas achevée. Les provinces de Manica et Sofala devraient être les plus frappées par les pertes agricoles, des régions qui concentrent, selon la FAO, un quart de la production céréalière du Mozambique, pays dont les habitants dépendent à 80% du secteur agricole.

Patrick Jacqueson, de la division Urgence et résilience de la FAO, pointe l'urgence de relancer l'activité agricole : « Le plus important pour les paysans c’est la distribution de semences potagères, ainsi que des houes et des arrosoirs. Il y a une saison courte qui va commencer en avril et c’est celle-ci qu’on essaye d’attraper. On a aussi comme objectif de sauvegarder les animaux encore vivants en fournissant les aliments nécessaires, en les vaccinant, en les protégeant, en s’assurant que les infrastructures qui ont été détruites soient reconstruites rapidement pour les mettre à l’abri. »

La ville de Beira a été détruite à près de 90%. Elle abrite le premier port de pêche du pays : il s'agit donc également de réhabiliter les infrastructures portuaires et d'équiper les pêcheurs mozambicains.

Selon la FAO, 1,8 million de personnes souffraient déjà d’une grave insécurité alimentaire au Mozambique. C'était avant le passage du cyclone Idai.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.