Republier
Mali

[Reportage] Mali: rencontre avec des blessés du drame d’Ogossagou

Au moins 160 personnes ont péri samedi 23 mars après l’attaque du village peul d'Ogossagou, dans le centre du Mali (photo d'illustration).
© Coralie Pierret / RFI

Une semaine jour pour jour après le drame dans le village peul d’Ogossagou, RFI est partie à la rencontre des rescapés. Au moins 160 personnes ont péri samedi 23 mars après l’attaque de leur village dans le centre du Mali, un massacre sans précédent dans l’histoire de la région. Une quarantaine de blessés a été transportée à l’hôpital régional de Sévaré.

Sous l’une des deux tentes installées devant la porte des urgences, une femme a les yeux tuméfiés. Elle a reçu des éclats de balle. La nuit de l’attaque, après avoir entendu les premiers coups de feu, elle s’est réfugiée dans une des maisons du marabout. « Dans ma course, raconte-t-elle, j’ai vu plus de morts que de vivants. »

Dans une chambre, une mère est au chevet de sa fille blessée par arme à feu au pied. Elle a été épargnée par les assaillants. « Quand ils sont rentrés dans la maison, j’ai entendu quelqu’un dire "tire, vas-y, fais-le", dit-elle. Un autre a dit "non, on laisse". On m’a demandé si j’avais de l’argent, si j’avais un téléphone et si j’avais des armes, j’ai dit que non. Ils sont sortis. Dans la maison d’à côté, il y avait mes garçons. Ils ont tiré sur les grands et ils ont égorgé les plus petits. »

Dans cet hôpital, la majorité des blessés sont des femmes et des enfants, mais il y a aussi quelques hommes. L’un d’entre eux est blessé à l’œil et témoigne : « ma femme et mon fils étaient à la maison. Ils ont mis le feu. J’ai pu y échapper, mais ma famille est morte là-bas. »

L’hôpital de Bankass a aussi accueilli 30 blessés tandis que les cas les plus urgents, une quarantaine, ont été transférée  à Sévaré. « La plupart, sont victimes de blessures par balle, il y a aussi beaucoup de cas de fractures, de brûlures, deux cas d’éviscération… » déclare le docteur Oumar Guindo.

Si ce médecin reste prudent, des témoins et les premières personnes qui se sont rendues sur place affirment que des armes blanches ont été utilisées lors de l'attaque.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.