Republier
Comores

Comores: pour le ministre de l'Intérieur, les membres du CNT risquent gros

Le ministre comorien de l'Intérieur Mohamed Daoudou, à Moroni, le 28 mars 2019.
© Ibrahim YOUSSOUF / AFP

Les Comores sont toujours dans l'attente des résultats définitifs de la présidentielle du 24 mars que la Cour suprême doit les proclamer. Après un scrutin contesté et entaché de violences, le président Azali avait été déclaré vainqueur par la commission électorale. L’opposition ne reconnaît plus le pouvoir et a formé un Conseil national de transition dont le leader a été arrêté.

À Moroni, beaucoup d’habitants décrivent une ambiance tendue, la peur de nouveaux troubles et d’arrestations. Le ministre de l’Intérieur réfute ces témoignages et décrit une situation normale. « Il n'y a pas de dizaines personnes d'arrêtées, ce n'est pas du tout vrai. Ce qui est sûr, c'est qu'il y a des personnes entendues par la gendarmerie », admet cependant Mohamed Daoudou.

Le ministre reconnaît que Soilihi Mohamed, un ex-colonel de l'armée, a été arrêté. Surnommé « Campagnard », il préside le Conseil national de transition, créé par l’opposition pour contester l’élection. À écouter Mohamed Daoudou, l’ancien haut gradé et les membres du CNT risquent gros. « Il a appelé à la violence, à l'insurrection, à la rébellion. Il y a des documents, des éléments tangibles. Il a signé, avec une liste de personnes. Malheureusement, parmi ces personnes il y a des candidats... Des anciens candidats. Ces gens-là l'ont soutenu. Ils ont sorti une déclaration appelant à la violence, à la rébellion, à l'insurrection. Ils doivent répondre [de leurs actes] », affirme le ministre de l'Intérieur.

« Ce qui est sûr », conclut-il, c'est que le gouvernement ne laissera pas « le désordre s'installer » et va prendre ses « responsabilités » face à « toute tentative de déstabilisation ou de nature à semer le trouble ».

L’opposition craint que le pouvoir n’utilise l’attaque, jeudi, du camp militaire de Kandani par un officier évadé, pour lancer d’autres interpellations. Mohamed Daoudou affirme en tout cas que des complices sont peut-être encore en liberté : « Mon impression, c'est qu'il y aura des responsables. L'enquête établira les responsabilités des uns et des autres. Et après, il y aura sûrement un procès. »

Samedi, une perquisition a d’ailleurs été menée et un ordinateur saisi au domicile de « Campagnard ». Son remplaçant au CNT, Mouigni Baraka, a, lui, été convoqué à la gendarmerie.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.