Republier
Mauritanie

Mauritanie: l’ancien Premier ministre Ould Boubacar candidat à la présidentielle

Dans un bureau de vote de Nouakchott, le 1er septembre 2018, lors du premier tour des élections législatives, régionales et locales. (Photo d'illustration)
© AHMED OULD MOHAMED OULD ELHADJ / AFP

En Mauritanie, l’ancien Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar a tenu un meeting, samedi 30 mars, à Nouakchott, pour annoncer officiellement sa candidature à la présidentielle de juin prochain. Il est le troisième candidat déclaré, après le général Ghazouani, au nom de la majorité, et le militant antiesclavagiste Biram Dah Abeid. Tous les leaders de l’opposition étaient présents à l’occasion de cette première sortie officielle de Ould Boubacar qui a déploré « la déliquescence des institutions de la République et la misère qui s’installe dans le pays, en dépit de ses ressources naturelles ».

Devant plus de 10 000 personnes rassemblées dans un stade municipal de la banlieue Est de Nouakchott, l’ancien Premier ministre a rappelé que la Mauritanie a franchi, durant la phase transitoire de 2005 à 2007, des étapes considérables sur la voie de l’ancrage de la démocratie, de la bonne gouvernance et de la résolution des problèmes liés à l’unité nationale.

« Ce processus a été très vite travesti par ceux qui tentent aujourd’hui de semer, dans nos esprits, la soumission et le désespoir et qui nous font croire que le changement est impossible », a déclaré Sidi Mohamed Ould Boubacar.

« C’est pour mettre fin à cette situation que j’ai décidé de me présenter à l’élection présidentielle », a précisé l’ex-Premier ministre qui promet de travailler pour un nouveau système éducatif et une vraie justice pour tous.

« Je pense à ceux qui ont souffert et continuent de souffrir de l’esclavage, à tous ceux qui vivent de l’amertume, de l’arbitraire, de l’injustice et de la marginalisation », a ajouté l’ancien Premier ministre mauritanien.

Sidi Mohamed Ould Boubacar qui brigue les suffrages des Mauritaniens, a été deux fois Premier ministre durant les années 90 dans les gouvernements de Maaouya Ould Sid'Ahmed Taya et, de 2005 à 2007, avec le défunt président Ely Ould Med Vall.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.