Republier
Burkina Faso

Burkina: le Premier ministre rend visite au chef de file de l’opposition

Le nouveau Premier ministre burkinabé, Christophe Dabiré, a entamé une série de visites à toutes les forces politiques afin de recueillir leurs avis sur la conduite des affaires du pays. (Photo d'illustration)
© OLYMPIA DE MAISMONT / AFP

Au Burkina Faso, première visite d’un chef du gouvernement au chef de file de l’opposition à son siège à Ouagadougou. Le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré a rencontré, pendant deux heures, une délégation de l’opposition burkinabè en vue de la tenue prochaine d’un dialogue politique national. Aucune date, pour ce dialogue, n’est encore fixée, mais les différents camps se préparent déjà. Plusieurs sujets seront sur la table de ce futur dialogue politique, notamment l’organisation des prochaines élections dans un contexte sécuritaire difficile.

Cette visite du Premier ministre au chef de file de l’opposition, à son siège, a pour but de préparer le prochain dialogue politique entre les différentes parties.

« Le chef de l’Etat va bientôt engager le dialogue politique avec les forces politiques de ce pays. Mon rôle, à moi, c’est de travailler à préparer ce dialogue politique et de faire en sorte qu’il soit un succès parce que c’est de cette manière-là que nous allons créer la convergence nécessaire à l’évolution d’ensemble du pays, tant du point de vue du développement que point de vue politique », a souligné Christophe Dabiré, Premier ministre burkinabè.

Zephirin Dabré, chef de file de l’opposition, a salué cette visite du chef du gouvernement burkinabè.

« C’est un signe distinctif de considération », a-t-il souligné.

Adoption de la Constitution, organisation des prochaines élections, lutte contre le terrorisme et plusieurs autres sujets ont été abordés au cours des échanges politiques.

« Nous n’avons pas eu la possibilité, à ce stade, de rentrer dans le détail des questions qui seront éventuellement évoquées. Qui dit situations politiques, dit sans aucun doute les aspects liés aux échéances, à la vie politique, à son organisation. Qui dit questions nationales, dit les préoccupations de l’heure. Et vous les connaissez tous avec, en premier chef en tout cas, la question donc de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme », a précisé Zéphirin Diabré.

Depuis sa déclaration de politique générale, le chef du gouvernement burkinabè a entamé une série de visites à toutes les forces politiques afin de recueillir leurs avis sur la conduite des affaires du pays.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.