Republier
Comores

Comores: la pression s'accentue autour des membres du CNT

Peloton de gendarmerie devant le QG de campagne d'un candidat d'opposition aux Comores. (Photo d'illustration)
© RFI/Sebastien Nemeth

Le bras de fer se poursuit aux Comores après la présidentielle contestée du 24 mars dernier. La Cour suprême doit encore annoncer les résultats définitifs et donc confirmer la réélection du président Azali Assoumani. Une victoire rejetée par l'opposition qui a dénoncé des fraudes généralisées et créé dans la foulée un Conseil national de transition (CNT). Son leader Soilihi Mohamed a été arrêté et les autres membres sont sous pression, comme Mouigni Baraka Said Soilihi.

Un groupe de femmes escorte en chantant Mouigni Baraka Said Soilihi, jusqu’à son domicile de Ntsoudjini, près de la capitale. L’opposant devait s’entretenir ce matin avec le procureur. Craignant qu’il soit arrêté, plusieurs dizaines d’habitants ont empêché l’ex-gouverneur, toujours populaire, d’honorer le rendez-vous.

« On avait peur parce que la justice est devenue une machine de manipulation politique, témoigne Ayouba Amata. Ces derniers jours, on incarcère sans justice, sans suivi judiciaire. Il faut nous donner les garanties sécuritaires qu’il ne va pas là-bas pour être incarcéré gratuitement. Il est respecté, il a laissé son empreinte pour être un homme éternel. »

Ce week-end, Mouigni Baraka Said Soilihi avait déjà été convoqué à la brigade de recherche de la gendarmerie. Un rendez-vous là encore avorté, mais son véhicule a été saisi.

Le député Oumouri M’madi Hassani dénonce les méthodes des autorités : « Personne, en se levant le matin, ne sait s’il va revenir à la maison. Il y a un membre du gouvernement qui a dit : "Moi j’ai le pouvoir aujourd’hui, j’embêterais Mouigni jusqu’au bout". C’est-à-dire que ce n’est pas un jeu caché. On veut faire plier la population. C’est un jeu dangereux parce qu’aux Comores la division est déjà créée, la suspicion est déjà créée. Dans ce pays, il y a une peur qui est déjà installée. »

Accusés par le ministère de l’Intérieur d’avoir incité à la violence, à l’insurrection et à la rébellion, les membres du CNT sont prévenus. Leurs déboires judiciaires ne font peut-être que commencer.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.