Algérie: Abdelkader Bensalah, l'ombre de Bouteflika en charge de l'intérim

Abdelkader Bensalah, président du Sénat algérien (image d'archives).
© AFP/Patrick Kovarik

Selon la Constitution, le pouvoir est confié à Abdelkader Bensalah, 77 ans. C'est à ce proche du régime que revient le rôle de préparer une transition pour organiser des élections d'ici 90 jours. Son nom est loin de faire l'unanimité, car c'est un pur produit du système.

À 77 ans, son passé parle pour lui. Comme Abdelaziz Bouteflika, il est originaire de la région de Tlemçen. À 18 ans, il s'engage dans les rangs de l'armée de libération. Après des études de droit, il débute une carrière de journaliste dans la presse d'État avant se lancer en politique. À 36 ans, il est élu député.

Il sera ensuite ambassadeur, conseiller ministériel, porte-parole du ministère des Affaires étrangères et sénateur, puis président de l'Assemblée. Jusqu'à ce qu'il soit désigné par l'ancien chef de l'État président du Conseil de la nation, l'équivalent du Sénat, poste qu'il occupe depuis dix-sept ans.

Discret, Abdelkader Bensalah est un homme qui ne fait pas de vague et qui a su gravir les échelons jusqu'à devenir le visage et la parole d'Abdelaziz Bouteflika quand il fallait s'afficher en public ces dernières années. Dimanche dernier, c'est lui qui a occupé le siège de l'Algérie lors du sommet de la Ligue arabe à Tunis.

Mais c'est précisément ce qui lui est reproché aujourd'hui. Il est perçu comme l'ombre d’Abdelaziz Bouteflika. Il semblait particulièrement mal à l’aise mardi soir à ses côtés, lorsque ce dernier a remis sa démission.

À lire aussi : Démission du président Bouteflika: quelle transition pour l’Algérie?

On se réveille aujourd’hui, 3 avril, avec, de nouveau, une tête honnie. Je rappelle qu’Abdelkader Bensalah est membre du RND, il en était le secrétaire général. C’est donc un des dirigeants du RND, un parti issu de la fraude. Et c’est à lui qu’échoit l’organisation de la prochaine élection. Et ça, ce n’est pas possible. Les Algériens ont dit, chaque vendredi : "C’est tout le régime qui doit partir".

Zoheir Rouis
03-04-2019 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.