Crash du 737 MAX d'Ethiopian Airlines: les pilotes ont suivi la procédure

Les morceaux de l'avion d'Ethiopian Airlines jonchent les champs situés non loin de la ville de Bishoftu, au sud-ouest d'Addis-Abeba, le 10 mars 2019.
© REUTERS/Tiksa Negeri

Le rapport préliminaire sur l'accident du vol Ethiopian Airlines a été rendu public ce jeudi 4 avril. Le crash de l’avion qui devait relier Addis-Abeba à Nairobi avait fait 157 morts le 10 mars dernier. D'après l'enquête, les pilotes ont suivi toutes les procédures d'urgence recommandées par Boeing.

C'est la ministre éthiopienne des Transports qui s'est chargée de l'annonce. Selon Dagmawit Moges, l'appareil était qualifié pour voler et les pilotes également. Ce dimanche 10 mars, à 8h38 du matin, le décollage s'est passé dans des conditions normales. C'est ensuite que les choses se sont compliquées.

Les données du site spécialiséFlightradar24 montraient un avion qui gagne et perd de l'altitude à une vitesse importante. Selon la compagnie Ethiopian Airlines, le pilote avait demandé à rentrer, car il ne contrôlait pas l'avion. Et d'après les toutes premières analyses des boîtes noires, le capitaine Yared Getachew a bien suivi toutes les recommandations de Boeing pour tenter de reprendre le contrôle. C’est l’information principale qui ressort de ce rapport préliminaire.

Dans le document, il n’y a aucune précision quant au logiciel que Boeing a ajouté sur son avion. Un logiciel dit « MCAS », pointé du doigt dans ce crash mais aussi dans celui de Lion Air en Indonésie en octobre 2018. Après cet accident, le constructeur américain avait publié un guide à l'attention des pilotes. Un guide pour expliquer comment gérer les soucis rencontré par ce nouveau logiciel intégré aux B 737-MAX. Il pointerait le nez de l'avion vers le sol, le déséquilibrant au lieu de l'équilibrer.

Les pilotes d'Ethiopian Airlines l'ont-ils désactivé ? S'est-il remis en route tout seul ? De nombreuses questions demeurent. Mais les regards se tournent donc vers le modèle en lui-même. « Si la question est de savoir s'il y a un problème structurel de conception, on ne peut le dire à ce jour », explique Amdiyé Ayalew, chef enquêteur.

Le rapport final de cette enquête pourrait prendre encore une année. Mais la ministre Dagmawit fait déjà une recommandation à Boeing. « Le système de contrôle de l'appareil en vol, lié à la capacité à contrôler l'avion, doit être revu. » Selon le rapport, les autorités de l'aviation devront ensuite s'assurer que l'avionneur a bien fait son travail sur ce plan avant d'autoriser à nouveau les avions de la famille 737-MAX de Boeing à voler.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.