Republier
Madagascar

Madagascar: le gouvernement cherche à rassurer les partenaires financiers

Le Premier ministre malgache Christian Ntsay se dit confiant (image d'illustration).
© RFI / Sarah Tétaud

Les élections législatives et le rétablissement de la sécurité étaient au centre d’une réunion entre le gouvernement et les représentants de la communauté internationale, ce jeudi 4 avril. Représentant des Nations unies, de l’Union Africaine et ambassadeurs de plusieurs pays ont rencontré à huis clos le Premier ministre et des membres du gouvernement. Des bailleurs internationaux qui financent en grande partie les élections législatives qui se dérouleront le 27 mai.

Rassurer les bailleurs de fonds, notamment sur les problèmes d’insécurité à moins de deux mois des élections législatives, était l’un des objectifs des autorités malgaches jeudi.

Christian Ntsay, le Premier ministre se dit confiant. « Nos partenaires ont bien compris qu’il y a eu des résultats dans la lutte contre l’insécurité, par exemple dans la lutte contre les kidnappings. Ils ont constaté l’envoi de forces de l’ordre dans les milieux urbains et ruraux pour restaurer rapidement la sécurité. Ce que l’on doit faire dans un bref délai, c’est rétablir la confiance entre le peuple et les forces de l’ordre, entre le peuple et les autorités et entre le peuple et la justice. Mais il faut faire encore des efforts pour parvenir à cela. »

Le mois dernier, le kidnapping et le meurtre d’un candidat aux élections législatives a fait les gros titres de la presse malgache. Le programme des Nations unies pour le développement indique sur sa page Facebook : « Le bilan de la présidentielle de 2018 a fait apparaître des risques sécuritaires dans certaines régions de Madagascar. Des risques devant être pris en considération pour les élections législatives. »

Des sessions de formation de membres des forces de l’ordre et de sécurité ont eu lieu la semaine dernière dans trois zones sensibles, précisent les Nations Unies. Ihosy et Fianarantsoa dans le sud et Tsiroanomandidy dans le centre du pays. Les bailleurs de fonds ont débloqué 12 millions de dollars pour couvrir tout le processus électoral comprenant l’élection présidentielle et les élections législatives.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.