Sierra Leone: l'ancien gouvernement accusé d'avoir détourné 1 milliard de dollars

L'ancien président de la Sierra Leone Ernest Bai Koroma.
© REUTERS/Joe Penney

L'ancienne administration du président Ernest Bai Koroma a-t-elle dilapidé plus d'un milliard de dollars de fonds public entre 2015 et 2018 ? C'est ce qu'affirme un audit commandé par l'actuel gouvernement sierra-léonais qui avait déjà lancé une enquête parlementaire sur des faits de corruption de l'ancienne équipe au pouvoir. L'opposition crie à la chasse aux sorcières.

À première vue, le rapport présenté mardi par le ministre des Finances est accablant. Contrats publics surévalués, prêts et dons non justifiés, manquements graves aux règles de comptabilité dans les administrations et les sociétés publiques.

Selon l'audit réalisé par une cinquantaine d'experts venus de plusieurs pays africains, c'est au total plus d'un milliard de dollars, soit plus de deux fois le budget national qui aurait disparu en l'espace de trois ans. Le ministre des Finances Jacob Jusu Saffa a donné jusqu'à fin juin aux contrevenants pour rembourser les sommes détournées sous peine de poursuites.

L'opposition, c'est-à-dire l'ancienne équipe d'Ernest Bai Koroma, accuse l'actuel pouvoir de persécution. Selon une ex-ministre, l'audit est partial, les nouveaux dirigeants de sociétés publiques - nommés par l'actuel pouvoir - n'ont pas transmis aux auditeurs les documents prouvant l'utilisation des fonds prétendument détournés.

Un proche de l'ancien président Ernest Bai Koroma va plus loin, il accuse le président Maada Bio de vouloir utiliser ces audits pour faire plier le Parlement, où il ne dispose pas de la majorité. En moins d'un an, outre cet audit, un rapport sur la corruption a été publié et une commission d'enquête parlementaire a été créée. Plusieurs hauts responsables de l'ancienne majorité ont été mis en examen pour détournements de fonds.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.