[Vidéo] Rwanda: Bisesero, l’armée française toujours pointée du doigt par les rescapés

A Bisesero, 30 000 Tutsis seront massacrés à la mi-mai 1994 après avoir longuement résisté. Un autre massacre aura lieu à la fin du mois de juin.
 © RFI/Pierre René-Worms

C'est une confirmation. Une commission d’historiens et de chercheurs présidée par Vincent Duclert sera bien chargée de se pencher sur le rôle de la France au Rwanda de 1990 jusqu’au génocide de 1994 qui a fait jusqu'à 800 000 morts selon l'ONU. La composition de cette commission a été dévoilée hier par l’Élysée. Le sujet est sensible : Paris est régulièrement accusé par Kigali d’avoir assisté les génocidaires. Nos envoyés spéciaux se sont rendus à Bisesero, un haut de lieu de la résistance des Tutsis en 1994. 30 000 d’entre eux y seront massacrés entre le 13 et 15 mai de cette année-là après avoir longuement résisté. Un autre massacre aura lieu à la fin du mois de juin. Depuis longtemps, l’armée française est accusée par les rescapés d'être intervenue trop tardivement. Un reportage de Pierre Firtion (audio) et Pierre René-Worms (photos).

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.