Élections gouvernorales en RDC: le FCC de Kabila confirme son emprise

Une femme passe devant le siège de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) le 5 novembre 2017 à Kinshasa.
© JOHN WESSELS / AFP

Élections des gouverneurs et vice-gouverneurs en République démocratique du Congo, aujourd’hui, dans vingt-trois des vingt-six provinces du pays. Des élections indirectes. Ce sont les députés provinciaux qui votent. Or, le FCC, la coalition de l’ex-président Joseph Kabila, domine 70% des assemblées. Il partait largement favori. De fait, d’après les premiers résultats qui sont tombés dans la matinée, le FCC semble confirmer son emprise.

Toutes les provinces n’ont pas encore terminé le vote, mais aucun élu pour la coalition Cash du président Tshisekedi à ce stade. Proche du FCC, en revanche, Christophe Nanga est élu dans le Haut-Uéle, Augustin Musafiri dans le Maniema, Richard Muyej, un proche de Joseph Kabila, réélu dans le Lulaba. Zoé Kabila, le frère de l’ex-président, élu lui, dans le Tanganyika. Le FCC l’emporte aussi dans le Kwilu et le Kasaï, où des partisans de l’UDPS, le parti de Félix Tshisekedi, ont manifesté après l’élection et ont été dispersés.

Suspens, en revanche, dans le Kasaï-Central où un second tour aura lieu samedi pour départager les deux finalistes et où, par crainte de tensions, la population a été priée de rester chez elle et où la présence policière est renforcée autour de l’Assemblée provinciale. Il faut dire qu’il règne un certain climat de méfiance autour de cette élection, après des sénatoriales perdues par l’UDPS et marquées par des accusations de fraude. Et alors que ce sont les mêmes grands électeurs qui votent aujourd’hui pour ces élections à Kinshasa, où le vote se poursuit.

La tension est, par exemple, montée d’un cran lorsque les députés ont accusé d’autres élus de chercher à influencer le vote, en accompagnant devant l’urne certains députés se faisant passer, selon eux, pour invalides. Kinshasa, où l’UDP espérait que le Front commun ferait une concession et accepterait un ticket commun le plaçant en bonne position, mais où finalement les négociations n’ont pas abouti. Le FCC n’a pas voulu lâcher Kinshasa confiait à RFI le candidat UDPS, minoritaire dans cette assemblée provinciale, mais qui disait tout de même compter sur d’autres alliances pour espérer l’emporter.

Dans le Sud-Kivu, en revanche, les deux coalitions s’étaient entendues sur un ticket commun et c’est bien Théo Ngwabidje, candidat FCC qui a été élu gouverneur ce matin.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.