Procès du putsch manqué au Burkina Faso: les témoignages poignants des victimes

L'armée burkinabè patrouille aux abords du camp de base du RSP, le 29 septembre 2015. (Photo d'illustration)
© AFP PHOTO / SIA KAMBOU

Après les témoins, la présentation des pièces contre les accusés et les joutes oratoires des différentes parties, la parole est maintenant aux victimes dans ce procès. Sur environ 300 victimes, soixante personnes ont été invitées à témoigner, à expliquer ce qui s’est passé dès le 16 septembre, jour de l’arrestation des autorités de la transition. À la barre ou dans l’assistance, il est difficile pour les victimes ou leurs parents de contenir leurs larmes.

El Hajd Aboubacar Yanogo était loin d’imaginer que le 17 septembre son frère cadet serait parmi les premières victimes du coup d’État manqué.  Assis sur un banc devant son garage, des soldats tirent sur lui. « On a tiré quatre balles. Toutes ses dents se sont enlevées. C’est moi qui ai fermé sa bouche. Il y avait une dame qui pleurait, qui m’a donné son pagne. J’ai dit : "C’est mon petit frère" », raconte-t-il.

Étienne Kologo a perdu son neveu le 18 septembre 2015. « Apollinaire marchait sur le bas-côté de la voie », relate son oncle, « lorsque des soldats de l’ex-RSP cagoulés lui ordonnent de retirer les barricades dressées par des manifestants ». Après s’être exécuté, souligne l’oncle, entre deux sanglots, « l’un des soldats tire sur lui, à bout portant avec une kalachnikov ». Apollinaire a reçu quatre balles. Son corps était méconnaissable, selon son oncle.

Silence dans la salle

Durant des heures, les victimes ou leurs parents racontent ce qu’ils ont subi. Dans la salle, c’est le silence. Pour le parquet militaire, il est inacceptable que des soldats de l’armée burkinabè tirent sur les populations aux mains nues.

Pour maître Prosper Farama, l’un des avocats des victimes, l’objectif des soldats de l’ex-RSP n’était pas le maintien d’ordre : « Toutes les armes utilisées sont des kalachnikovs, des pistolets automatiques. Jamais il n’a été question d’une arme de dispersion de foule. Partout où ils sont intervenus, ils ont tiré, tué, ils étaient cagoulés. »

Soixante personnes sur les 300 victimes ont été sélectionnées. Leur témoignage fera place aux réquisitions du parquet et aux plaidoiries des avocats.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.