Republier
Madagascar

Mort dans un commissariat malgache: tous les policiers éloignés de la ville

Un policier dans un bureau de vote d'Antananarivo, le 19 décembre 2018.
© RIJASOLO / AFP

Les policiers mis en cause dans la mort d’un jeune homme au commissariat de Maroantsetra, dans le nord-est du pays, ont été transférés hors de la ville. Ce décès dans une cellule avait suscité la colère de la population qui s’était rassemblée par centaines devant le bâtiment samedi 6 avril pour réclamer justice. Les tirs de riposte des policiers avaient tué un lycéen de 17 ans. Les habitants avaient fini par brûler 19 maisons appartenant aux policiers. Le ministère de la Sécurité publique leur a promis des sanctions exemplaires.

Ce sont tous les policiers de la ville sans exception qui ont été déplacés de Maroantsetra. La sanction pour cette vingtaine de membres des forces de l’ordre : une affectation dans une autre ville. « Très insuffisant » juge la Commission nationale indépendante des droits de l’homme. « Nous attendons une sanction disciplinaire et non administrative », a indiqué Mireille Rabenoro, sa présidente, qui précise qu’une réunion avec le ministre de la Sécurité est prévue jeudi 11 avril après-midi.

« Ça nous soulage beaucoup qu’ils partent parce que ce sont des policiers corrompus. Mais il faut aller plus loin. Les violences policières sont courantes ici », explique Joel Velonjara, un professeur au lycée de la ville.

Le commissaire Estel Ainanirina, directeur de cabinet du ministère de la Sécurité publique, semble aller dans le même sens. « On ne peut pas rester les bras croisés devant les écarts commis à Maroantsetra », déclare-t-il. « Ces policiers sont mis à la disposition de la direction provinciale de la sécurité publique de Tamatave en attendant leur redéploiement prochain », indique Joel Ainanirina.

Une enquête interne a été ouverte pour déterminer ce qui s’est passé au commissariat et lorsque les policiers ont tiré sur la foule. « Si les faits sont avérés, il y aura des sanctions disciplinaires », souligne le commissaire. Pour les parents de la première victime, les policiers ont tué leur enfant. Les médecins ont d’ailleurs indiqué que ce sont des coups qui sont la cause de la mort du jeune homme. Une enquête judiciaire et pénale doit aussi être ouverte.

Pour l’heure, la ville ne dispose donc plus d’aucun policier. Le nouveau chef de service du commissariat a été nommé. Les autres policiers arriveront en début de semaine prochaine a fait savoir le ministère de la Sécurité publique.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.