Soudan: l'armée s'apprête à faire une «déclaration importante»

Au Soudan, des manifestants saluent des soldats à Khartoum, le 10 avril 2019.
© TWITTER/@THAWRAGYSD/via REUTERS

Au Soudan, selon plusieurs sources, des véhicules militaires sont déployés à différents carrefours stratégiques de la capitale Khartoum. Plusieurs sources citées par l'agence Reuters affirment que le président Omar el-Béchir aurait démissionné après plus de trois mois de manifestations.

Cet article est régulièrement mis à jour, cliquer pour rafraîchir

« L'armée va bientôt diffuser une importante déclaration. Attendez-la. ». Voilà ce qu'a déclaré un présentateur sur la télévision d'État. Même message diffusé sur la radio, auréolé de chants patriotiques. La télévision d'État n'a pas donné davantage de détails et diffusait des chants militaires, alors que la contestation populaire entrait dans sa sixième journée consécutive.

La chaîne de télévision saoudienne Al Arabiya et un haut responsable de la chaîne Al Hadath du même groupe ont rapporté que le président soudanais, au pouvoir depuis 1989, avait démissionné. Une information confirmée à Reuters par plusieurs sources gouvernementales et un ministre provincial, qui affirment que des consultations sont en cours pour former un conseil de transition.

Une source soudanaise a déclaré à Reuters qu'Omar el-Béchir avait été assigné à résidence au palais présidentiel, tout comme un certain nombre de ses collaborateurs.

Sit-in devant le QG de l'armée

Des dizaines de milliers de manifestants sont à nouveau descendus ce jeudi 11 avril dans les rues de la capitale soudanaise, Khartoum, a constaté un journaliste de Reuters. L'association des professionnels soudanais a appelé la population à rejoindre le rassemblement, qui dure depuis samedi devant le QG de l'armée et qui est devenu l'épicentre de la contestation.

La nuit dernière, la foule a pu manifester dans le calme et même dans une atmosphère festive. Hier, le porte-parole du gouvernement a rapporté onze décès pour la journée de mardi dont six membres des forces de sécurité, sans pour autant préciser les circonstances de leur mort.

► À lire aussi : Soudan: une femme devient l'icône de la contestation et chante la «révolution»

(Avec agences)

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.