Côte d’Ivoire: enfin en ordre de marche, le Sénat a fait sa rentrée

Le président du Sénat, Jeannot Ahoussou-Kouadio (c) lors de son élection à la tête de l'institution, le 5 avril 2018 à Yamoussoukro.
© SIA KAMBOU / AFP

A Yamoussoukro, le Sénat ivoirien, dont les prérogatives avaient été transférées à l’Assemblée, va pouvoir se mettre au travail. Pour la première fois depuis la création de cette institution en 2016, elle a siégé au complet jeudi 11 avril. La semaine dernière, le dernier tiers de la chambre haute a été nommé par le président Ouattara.

Comme pour l’ouverture de la session parlementaire à l’Assemblée nationale au début du mois, Alassane Ouattara avait tenu à être présent jeudi à Yamoussoukro. Avec un message moins politique que face aux députés.

« Je vous exhorte à enrichir le débat parlementaire en y apportant notamment le point de vue des collectivités territoriales que vous représentez, ainsi que vos compétences et expériences plurielles », a déclaré le chef de l'Etat ivoirien.

Mais dans la salle de la Fondation Houphouët-Boigny, qui fait office d’hémicycle pour le Sénat, l’attention était portée sur les mots du président de la Chambre haute, Jeannot Ahoussou-Kouadio, figure du PDCI d’Henri Konan Bedié. Celui que certains donnaient démissionnaire il y a quelques jours encore, avait un message politique à faire passer.

« Souvenons-nous que sous la direction éclairée et concertée des présidents Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié, toutes les affres de la crise sont passées derrière nous, a-t-il lancé. Nous avons su mutualiser nos forces pour servir ensemble la Côte d’Ivoire. Allons-nous assister inactifs à la destruction de cette belle œuvre, fruit du génie politique de nos deux grands leaders ? Allons-nous, par le silence et l’inaction, laisser prospérer la division et exposer ainsi nos compatriotes à des aventures nouvelles ? Pour ma part, je voudrais vous dire humblement, du haut de cette tribune, que ce qui doit nous unir est plus grand que ce qui nous divise. »

Ce message peut-il encore être entendu par les intéressés ? « Nous nous emploierons à ce qu’il le soit », a assuré ensuite un sénateur PDCI.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.