Le Tchad suit attentivement le putsch militaire au Soudan

Des manifestants soudanais devant le ministère de la Défense protestent contre le conseil militaire qui a remplacé le président déchu Omar el-Béchir.
© REUTERS/Stringer

Si le président tchadien Idriss Déby, arrivé au pouvoir il y a 29 ans en lançant une offensive à partir du Soudan, avait rendu visite à Omar el-Béchir à Khartoum une semaine avant sa chute, sur le plan diplomatique, le Tchad dit souhaiter le mieux pour le peuple soudanais. Les relations entre les deux pays peuvent toutefois changer drastiquement.

Idriss Déby fait partie des derniers chefs d’État à avoir rencontré Omar Hassan el-Béchir en tant que président de la République, lors d’une visite express à Khartoum jeudi 4 avril. Elle intervenait après le passage à Ndjamena de l’influent chef des services de renseignements soudanais, Salah Gosh.

De nombreux observateurs avaient alors déduit qu’il s’agissait d’un appel à l’aide de M. el-Béchir à Idriss Déby. Mais selon nos informations, les deux chefs d’État n’ont évoqué que la situation sécuritaire à leurs frontières communes.

Le président tchadien Idriss Déby arrive à Khartoum, reçu par son homologue soudanais Omar el-Béchir, le 4 avril 2019. © Ebrahim Hamid / AFP

L’ethnie d'Idriss Déby dans la contestation au Soudan

Ce sont surtout des Zaghawas, l’ethnie du président tchadien, qui ont pris les armes contre les pouvoirs en place à Khartoum et à Ndjamena, qui fait également face à un mouvement de contestation.

À Ndjamena, on surveille ce qui se passe à Khartoum comme le lait au feu. « Notre attitude dépendra de l’évolution de la situation », indique une source sécuritaire.

Vendredi 12 avril, à l’ouverture du sommet des chefs d’États et de gouvernement des États sahélo-sahariens qui se tient à Ndjamena, le cas du Soudan, qui fait partie de l’organisation, sera dans tous les esprits.

Après un passé tumultueux, le Tchad craint la tension avec le Soudan

Dans un tweet ce jeudi 11 avril, le porte-parole du ministère tchadien des Affaires étrangères a indiqué qu'il suivait « avec attention la situation au Soudan, ce pays voisin. Nous souhaitons que la volonté du peuple soudanais connaisse un dénouement pacifique ».

Après la démission d’Omar el-Béchir, les relations entre le Soudan et ses voisins pourraient changer et le Tchad a eu par le passé une histoire tumultueuse avec le pays. En 2008, les deux pays se sont mutuellement accusés de soutenir des mouvances rebelles et la tension dans la région du Darfour s’est crispée.

Selon Abderaman Koulamallah, leader politique et ancien porte-parole de la rébellion tchadienne, il est difficile de dire comment vont évoluer les relations entre les deux pays. Auteur du livre La Bataille de N’Djamena, paru en 2008, il indique que la plus grosse crainte est « un regain de tension au niveau du Darfour », avec une « situation instable avec des rebelles qui vont reprendre du poil de la bête. »

Ce qui se passe n’est pas clair pour tout le monde. Mais, pour l’instant, je pense que le gouvernement tchadien s’adaptera au régime qui sera mis en place au Soudan. Vous savez que nous partageons 1 084 kilomètres de frontière avec le Soudan et il est inimaginable que le Tchad et le Soudan ne puissent pas trouver un point de chute pour stabiliser leurs relations, dans l’intérêt des deux peuples.
La seule crainte, de mon point de vue, c’est de voir une situation instable avec des rebelles au Darfour, qui vont reprendre du poil de la bête, parce que le pouvoir central sera affaibli...

Les mouvements armés pourraient «reprendre du poil de la bête», selon Abderaman Koulamallah, leader politique et ancien porte-parole de la rébellion tchadienne
12-04-2019 - Par Gaëlle Laleix

« L’appareil d’État du Soudan ne changera pas »

Bien qu’Omar el-Béchir ait dirigé le Soudan d’une main de fer pendant près de trente ans, Abderaman Koulamallah insiste qu’il s’agit d’un système « un peu collégial », avec des « luttes internes » au sein de ce groupe, mais qui a « toujours montré une certaine solidarité, une certaine stabilité ».

Je pense que le vice-président du Soudan, les grands cadres du Soudan, tous ceux-là sont des gens qui ont pu jouer un rôle très important dans la direction du pays. L’appareil d’État ne changera pas, le ministre de la Défense est là : dans sa voix tremblotante, on voit bien qu’il parle au nom de plusieurs personnes. Ce n’est pas une décision seulement de l’armée, mais une décision qui regroupe les politiques du Soudan, les services de sécurité et l’armée. Ça, j’en suis absolument certain.

«Béchir ne gouvernait pas seul», dit Abderamane Koulamallah
12-04-2019 - Par Gaëlle Laleix

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.