Algérie: les débats citoyens sur l’avenir du pays se multiplient

Manifestation à Alger pour réclamer «la fin du système», le 5 avril 2019.
© REUTERS/Ramzi Boudina

En Algérie, deux mois de mobilisation populaire contre le pouvoir ont métamorphosé la société. De plus en plus de débats citoyens sont organisés. Des intellectuels se donnent rendez-vous pour réfléchir ensemble à l’Algérie de demain et tenter de trouver une solution à l’actuelle crise politique que traverse le pays. Il y a encore quelques semaines, participer à ce genre de rassemblement était très risqué. Mais, aujourd’hui, la parole se libère.

Le débat est passionné mais les visions sont différentes. Dans la salle, des médecins, des ingénieurs, des instituteurs, les profils sont très variés. Certains prônent un changement immédiat de la classe dirigeante. D’autres comme Hayat sont plus réservés. Pour cette professeure d’anglais, le pays est à la croisée des chemins, il faut bien réfléchir avant d’agir : « Moi, je pense qu’il faut laisser le temps au temps. J’ai l’impression que les gens veulent tout changer d’un coup. Cette idée de transition, c’est-à-dire les trois mois qu’on propose et proposer des élections pour le 4 juillet, est une proposition tout à fait plausible ».

« Il ne faut rien attendre des politiques »

Dans la salle de conférence, le rôle des militaires inquiète certains. Depuis la démission d’Abdelaziz Bouteflika, le chef d’état-major de l’armée est de plus en plus visible sur les scènes médiatique et politique du pays. Dalila est chef d’entreprise et, pour elle, la solution à la crise doit venir de la société : « Je pense qu’il ne faut rien attendre des politiques. On ne leur fait plus confiance. La société civile doit se mobiliser, peut-être créer un comité national et essayer de sortir avec quelque chose pour la transition ».

Un défi immense

À mesure que le débat se poursuit, ces intellectuels prennent conscience de l’immense défi qu’ils doivent relever. En Algérie, vie associative et militantisme sont quasi inexistants. Le peuple a été exclu de la vie politique. Presque personne n’a l’expérience du pouvoir.

Il faut des solutions politiques qui ont des effets constitutionnels

Fawzi Oussedik, docteur en droit constitutionnel
15-04-2019 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.