Libye: l’offensive du général Haftar a déjà fait près de 150 morts

Les hommes du maréchal Haftar à Benghazi se préparent à renforcer les premières troupes qui ont commencé l'offensive de Tripoli. Le 13 avril 2019.
© REUTERS/Esam Omran Al-Fetori

Au moins 147 personnes ont été tuées et 614 autres blessées depuis le lancement d'une offensive du maréchal Haftar le 4 avril contre la capitale libyenne Tripoli, selon un nouveau bilan publié lundi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans le même temps, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Ocha) de l'ONU a fait état sur Twitter de plus de 18 000 personnes déplacées par les combats, dont 6 000 ont pu bénéficier d'une aide.

De combats violents opposent depuis le 4 avril en banlieue sud de Tripoli les forces du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale, à l'Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée du maréchal Haftar, l'homme fort de l'Est libyen, qui souhaite s'emparer de la capitale, siège du GNA.

« Afflux de blessés »

L'OMS a appelé lundi « toutes les parties à faire preuve de retenue » et à éviter de s'en prendre aux hôpitaux, aux ambulances et aux personnels de santé. L'organisation a indiqué avoir déployé des équipes de chirurgiens dans des hôpitaux face à « l'afflux » de blessés.

Le Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) a de son côté indiqué, sur le compte Twitter de son équipe en Libye, avoir délivré du matériel médical d'urgence au ministère de la Santé pour venir en aide aux victimes, dans les zones les plus touchées, à Aïn Zara et Gasr ben Ghachir, au sud de la capitale. « Alors que la situation sur le terrain se détériore et que le nombre de victimes augmente, les infrastructures sanitaires se trouvent face à un besoin critique d'aide », a-t-il ajouté. En plus des combats au sol, les deux camps mènent quotidiennement des raids aériens et s'accusent mutuellement de viser des civils. Dimanche, les forces du GNA ont annoncé avoir abattu un avion de chasse de l'ANL, au sud de la capitale. Une source de l'ANL a confirmé la perte de l'appareil, mais elle l'a attribuée à une « panne technique ».

(Avec AFP)

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.