RD Congo: en visite à Goma, Félix Tshisekedi attendu sur la question sécuritaire

Le président congolais Felix Tshisekedi à son arrivée à l'aéroport de Goma, dans la province du Nord-Kivu. Le 14 avril 2019
© ALEXIS HUGUET / AFP

En RDC, après Lubumbashi, Félix Tshisekedi est arrivé dimanche soir à Goma, capitale du Nord-Kivu pour la suite de sa tournée comme nouveau président du pays. Goma était l'une des étapes pendant sa campagne électorale et il avait promis de s'attaquer au problème d'insécurité qui mine la région depuis des années: enlèvements, attaques à main armée et massacres. Le rétablissement de la sécurité dans le Nord-Kivu est donc au cœur de son déplacement. Le chef de l’Etat congolais a présidé, ce lundi 15 avril, un nouveau conseil de Défense et rencontré les responsables de la Monusco.

À Goma, le président Félix Tshisekedi a présidé un nouveau Conseil de Défense et échangé avec plusieurs élus locaux. Il a également rencontré  les responsables de la Mission de l’Organisation des nations unies en RDC (Monusco) à qui il a demandé de s’impliquer davantage dans la restauration de la paix dans la province.

À l’issue de cet entretien, David Gressly, numéro deux de la Monusco en charge des opérations s’est dit satisfait et rassuré sur la volonté du nouveau président de collaborer.

« C’était un échange très franc et très utile qui va aider à aller de l’avant avec la sécurisation et la civilisation de ces régions qui sont toujours touchées par le conflit. Ce que nous voulons faire, c’est travailler ensemble pour mettre fin à tous ces conflits. La Monusco veut, en fait, quitter le pays le plus tôt possible, si c’est possible mais pour cela, il faut que l’on travaille ensemble, en coopération, sur les aspects sécuritaires, de civilisation et de développement. Nous sommes prêts à faire cela. Je suis très satisfait de cet engagement et très satisfait de cette rencontre, aujourd’hui. On espère bien que cela continuera de la même manière », a déclaré David Gressly.

Au cours de cet entretien entre la Monusco et le président congolais, il a aussi été beaucoup question du processus de désarmement (DDR), un enjeu important, alors que depuis l’élection, plusieurs groupes armés ont fait savoir leur volonté de rechercher la paix. Pour David Gressly cela constitue une « opportunité ».

Le président congolais était aussi très attendu, sur cette question sécuritaire, par la population de Goma

Nous attendons de lui [Félix Tshisekedi] un changement, comme il l’a dit dans ses discours. Puis, l’appui de tout le monde va l’aider à élever quelque chose.

Micro-trottoir à Goma
15-04-2019 - Par RFI

Nous demandons une évaluation de toutes les opérations militaires qui ont eu lieu.

Les attentes de la société civile du Nord-Kivu
15-04-2019 - Par Léa-Lisa Westerhoff

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.