Sénégal: la série «Sakho et Mangane» de Canal+ au tribunal de Dakar

Capture d'écran de la série «Sakho et Mangane» sur le site de la chaîne Canal+ Afrique.
© Capture d'écran

La série Sakho et Mangane sur Canal+ Afrique pourrait-elle continuer à être diffusée ? Le tribunal de commerce de Dakar examine ce lundi 15 avril un référé en vue d'interdire la diffusion des épisodes. C’est un producteur indépendant dans la capitale sénégalaise qui est à l’origine de la procédure. Il accuse la chaîne d’avoir plagié un de ses scénarios pour créer la trame de la série.

Le 25 mars, date de la première diffusion de Sakho et Mangane, le rappeur Mass Seck découvre de « fortes ressemblances », d’après lui, entre la série et le scénario de « Division X Dakar », le nom du projet qu’il avait envoyé à Canal+ en 2013. Il note des similitudes entre ses personnages et ceux du programme : « Si on prend Aziz, pour moi, Division X, qui est l’équivalent à Mangane et surtout ancien militaire, ils sont tous deux des play-boys, donc ils aiment les femmes, ils sont tous deux fanas d’armes, c’est vraiement eux trait pour trait. Et quand vous regardez le casting, ils se ressemblent ».

« On allait pas mettre des boulangers à la place des criminologues… »

Une rencontre avec la chaîne, un accord de principe, l’envoi d’un pilote : Mass Seck affirme que son projet était déjà bien abouti. Mais en 2015, plus de nouvelles : « Ils ont tout fait pour que, moi, je ne sois pas au courant. Peut-être ils pensaient que je ne réagirais  pas ».

Le Sénégalais Augustin Diomaye Ngom est un des cinq co-scénaristes de Sakho et Mangane. Pour lui, les accusations de plagiat sont infondées : « Les aspects de sa série sont vraiment très différents de ce qu’on a fait. Qu’est-ce qu’il espérait ? Que les gens qui veulent faire une série policière au Sénégal mettent des boulangers à la place des criminologues, à la place de médecins légistes ? Il faut une cohérence. Le genre policier n’appartient à personne. Personne ne peut verrouiller un genre policier. Et l’histoire de plagiat, où est-ce qu’elle peut avoir lieu ? ».

Contactée, Canal+ n’a pas souhaité faire de commentaires avant la décision du tribunal de commerce.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.