Mali: le président IBK fait quelques annonces concrètes pour contenir la grogne

Au Mali, le président Ibrahim Boubacar Keïta s'est adressé mardi 16 avril à la nation. (Photo d'archives)
© RFI/Pierre René-Worms

Au Mali, le président Ibrahim Boubacar Keïta s'est adressé, mardi 16 avril, à la nation. C'était à la télévision nationale. Une allocution très attendue après le massacre de 160 civils peuls à Ogossagou, dans le centre du Mali à la fin du mois dernier, et l'importante manifestation populaire qui s'en est suivie. Fronde sociale, grève des enseignants, conflits communautaires, depuis des semaines le gouvernement d'IBK est sur la sellette. Le président a fait hier quelques annonces concrètes pour contenir la grogne.

D'abord, il y a le choc d'Ogossagou. « Les violences communautaires ne peuvent s'ajouter à celles des groupes terroristes », prévient le président. IBK hausse donc le ton et promet que l'État malien sévira contre « toutes » les milices.

D'autres mesures sécuritaires sont annoncées : plus de militaires dans le centre du Mali et le soutien des partenaires tels que la Minusma, la force de maintien de la paix de l'ONU et Barkhane, l'opération militaire française.

À cela s'ajoutent des mesures sociales pour les populations du Centre : « Un fonds d’intervention d’un milliard de francs CFA sera mis en place en faveur de nos compatriotes qui, du fait de l’insécurité, se trouvent aujourd’hui dans une détresse extrême. Sur mes instructions, le gouvernement procédera également à un glissement de crédit de 12 milliards de francs CFA vers les services sociaux de base dans le cadre du plan de sécurisation intégrée des régions du Centre. »

Sur le front social toujours, IBK promet de débloquer les salaires des enseignants grévistes. C'était un des points d'achoppement dans les négociations, alors que les enfants maliens sont privés d'école depuis des semaines.

Dernière annonce : elle concerne la réforme de la Constitution. C'est l'une des dispositions de l'accord de paix de 2015. IBK propose l'organisation d'une grande concertation nationale du 23 au 28 avril prochain.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.