Libye: accusée par Tripoli de soutenir Khalifa Haftar, la France dément

La Libye accuse la France de soutenir le maréchal Haftar (photo), ce que Paris nie.
© REUTERS/Esam Omran Al-Fetori

Jeudi 18 avril, le gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj, officiellement reconnu par la communauté internationale, a directement accusé la France de soutenir le maréchal Khalifa Haftar. Paris rejette ces reproches et les juge infondés.

Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur libyen accuse le gouvernement français de soutenir celui qu’il appelle « le criminel Haftar ». Fathi Bach Agha ordonne la suspension de tout lien entre son ministère et la partie française dans le cadre des accords sécuritaires bilatéraux.

Des accusations « complètement infondées », selon l’Élysée. « La France soutient le gouvernement légitime du Premier ministre Fayez el-Sarraj et la médiation de l'ONU pour une solution politique inclusive en Libye », rappelle la présidence française.

Au ministère français des Affaires étrangères, on précise que la France n’a jamais caché son soutien au maréchal Haftar, dans le contexte de la lutte antiterroriste, mais que Paris est opposé à l’offensive qu’il mène sur Tripoli. « Nous sommes en contact avec les deux parties, on ne s’en cache pas, pour tenter de remettre les négociations politiques sur la table », ajoute le Quai d’Orsay.

► À lire aussi : La diplomatie guerrière du général Haftar

Khalifa Haftar a lancé le 4 avril une offensive militaire contre Tripoli, officiellement pour débarrasser la capitale des terroristes. Une attaque dénoncée par certains, notamment l’émissaire de l’ONU en Libye, Ghassan Salamé, comme une manœuvre qui ressemble davantage à un coup d’État qu’à une lutte antiterroriste. Jeudi, il a mis en garde contre un « embrasement généralisé » du pays à la suite de cette offensive, « encouragée », selon lui, par des divisions internationales. Ce qui aurait des conséquences importantes, y compris en dehors de la région.

Jalel Harchaoui, spécialiste de la Libye à l'université Paris VIII, sur les conséquences d'un embrasement généralisé
19-04-2019 - Par Clémentine Pawlotsky
Il est assez certain qu’il y aura une recrudescence du flux migratoire vers la Tunisie et l’Italie ; il y aura une recrudescence de Daesh et d’Al-Qaeda et il y aura une perturbation du flux pétrolier. […] Le maréchal Haftar, quand il a fait la tournée des grands ducs […]a promis une guerre extrêmement facile, extrêmement brève, avec un vainqueur extrêmement clair et il est en train de livrer exactement l’opposé de ce qu’il avait promis.

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.