Republier
Algérie

Neuvième vendredi de manifestation en Algérie: la rue maintient la pression

Ce vendredi 19 avril était le neuvième depuis le début de la mobilisation des Algériens pour changer le régime.
© REUTERS/Ramzi Boudina

Les Algériens sont de nouveau descendus dans la rue ce vendredi 19 avril, jour de la grande prière hebdomadaire dans les pays musulmans. Cette semaine encore, ils ont pourtant obtenu la démission du président du Conseil constitutionnel, le numéro 3 de l’État. Quant au chef d’état-major, il s’en est directement pris à l’ancien chef des services de renseignement, l’accusant de conspirer contre la transition.

Dans la capitale, des centaines de milliers de personnes ont manifesté sans incident. Les accès à la ville avaient été bloqués par la gendarmerie et dans le centre d’Alger, la police a empêché l’accès au tunnel des facultés, qui est devenu un lieu emblématique des manifestations. Mais qui est aussi l’endroit où il y a eu des blessés la semaine dernière après des mouvements de foule provoqués par l’utilisation de gaz lacrymogène par la police.

Dans les rangs des manifestants, les pancartes montrent que les positions n’ont pas bougé. Ceux qui protestent estiment que le pouvoir revient au peuple et qu’il faut l’écouter. On peut voir, par exemple, ces slogans : « Le peuple veut qu’ils s’en aillent tous », « C’est notre pays et on fait ce que l’on veut ».

Contre la consultation proposée par Bensalah

Certains manifestants rejettent par ailleurs l’initiative lancée par le président par intérim, Abdelkader Bensalah, qui réunit des partis d’opposition et des membres de la société civile pour une grande consultation lundi prochain. D'autres demandent à ce que des personnalités politiques soient jugées, notamment sur les affaires de corruption.

Depuis le 22 février, le pouvoir, c’est-à-dire les militaires, est en train de céder au compte-goutte. Ils ont donné quelques têtes civiles qu’ils utilisaient comme marionnettes pour diriger le pays, mais ils n’ont pas cédé, encore, sur l’essentiel. [...] La stratégie de l’état-major est d’accompagner le mouvement pour qu’il y ait le moins de dégâts possible pour les militaires impliqués dans des violations massives des droits de l’Homme, dans de la corruption.

Pour Lahouri Addi, l'armée n'a «pas cédé, encore, sur l'essentiel»
20-04-2019 - Par Marie-Pierre Olphand

Il y a également ces réactions aux différentes formes de violence de la part des forces de l’ordre cette semaine. Sur la rue Didouche, une énorme pancarte a été déroulée en référence aux manifestantes forcées de se dénuder dans un commissariat. Il y était écrit « la femme algérienne est jolie, intelligente et forte, alors c’est une honte ce que vous avez fait à nos sœurs ».

Avec la mobilisation de ce vendredi, il semble que cette semaine encore, les autorités n’ont pas convaincu les manifestants. Il faut donc s’attendre à ce que la mobilisation se poursuive.

L’état-major table sur le Ramadan, le 5 mai. Ils pensent qu’avec le mois de Ramadan, la mobilisation va diminuer. […] Après une ou deux semaines du mois de Ramadan, s’ils voient que la mobilisation est aussi forte, on ira vers une transition à la tunisienne.

Lahouari Addi, professeur de sociologie à Georgetown University aux Etats-Unis, sur l'avenir du mouvement
20-04-2019 - Par Marie-Pierre Olphand

On a par ailleurs appris dans la soirée qu’un manifestant de 23 ans, blessé la semaine dernière lors de la manifestation à Alger, est décédé de ses blessures à l’hôpital Mustapha Pacha. Selon une source hospitalière, il était dans le coma suite à un traumatisme cranien grave.

Anniversaire du Printemps noir

Ce vendredi était aussi l’anniversaire du soulèvement en Kabylie en 2001 et de sa répression. C’est ce que l’on appelle le « Printemps noir ». Des affiches ont été collées tout autour de la Grande Poste, les portraits des 127 jeunes tués par les forces de l’ordre à cette période.

Ces affiches rappellent que le 18 avril 2001, un jeune homme est tué par une rafale d’arme à feu dans une brigade de gendarmerie près de Tizi Ouzou. S’ensuivent des violences mais aussi une très importante mobilisation populaire pour obtenir le respect des droits et des libertés. Une mobilisation qui n'a pas réussi. « C'était pas comme aujourd'hui, maintenant on est libres de manifester », commente un jeune homme qui dépose des fleurs au pied des affiches.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.