Bénin: Boni Yayi et Nicéphore Soglo battent campagne contre Patrice Talon

Entouré de militants, Nicéphore Soglo et Boni Yayi quittent la maison du premier, à Cotonou, pour se rendre au marché Dantokpa, le 19 avril 2019.
© Yanick Folly / AFP

Boni Yayi et Nicéphore Soglo ont sillonné les rues de Cotonou vendredi dans une contre campagne, pour dénoncer le processus électoral actuel, qui exclut tous les partis d’opposition pour les législatives du 28 avril 2019.

Une descente surprise, effectuée en cortège avec des arrêts à des lieux symboliques ou populaires, à l’instar du marché Dantokpa. Les véhicules des deux anciens présidents s’arrêtent là. Ils descendent, marchent, derrière eux une foule nombreuse.

Ils improvisent un petit meeting. Nicéphore Soglo martèle au micro : « pas d’élections sans l’opposition » puis il joue au maitre de cérémonie.  Mais, alors qu’il s’apprête à donner la parole à Boni Yayi, il est interrompu par des détonations. Ce sont celles de grenades lacrymogènes de la police républicaine, le cortège est obligé de quitter les lieux.

Et puis coup de théâtre dans la soirée, la police annonce avoir arrêté « deux gros bras » à l’origine de jets de pierre et de violences sur les forces de l’ordre au cours des incidents du marché. Deux « gros bras » que la police présente comme des mercenaires venus d’un pays voisin»

« Ridicule et pathétique » réagit un membre influent du parti FCBE, dont le président Boni Yayi – indigné par l’usage de grenades lacrymogènes – lance à ses partisans « n’ayez pas peur, le combat continue ».

Si on veut que la paix revienne, il vaut mieux ne pas essayer de justifier l’injustifiable. Je crois que le président Yayi Boni, n’ayant pas une garde, comme normalement l’Etat doit mettre à sa disposition pour sa protection, a demandé à des personnes qui assurent sa sécurité. Ce sont les gens de sa sécurité qui étaient là. […] Son épouse, vous le savez, est aveugle. Comment voulez-vous que l’on soit avec une grande infirme aveugle et lancer des pierres? Cela n’a pas de sens. Réfléchissez. Personne ne croira cette fable.

Nicéphore Soglo
20-04-2019 - Par Marie-Pierre Olphand

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.