Burundi: un commissaire menace publiquement d'éliminer des opposants

Le président burundais Pierre Nkurunziza le 7 juin 2018.
© REUTERS/Evrard Ngendakumana

Dans un enregistrement audio, on entend un responsable de la police menacer « d'éliminer » des membres du Congrès national pour la liberté (CNL) et leurs familles s'ils organisent des « réunions clandestines à leurs domiciles ».

Les menaces à l’encontre de membres de l’opposition prononcées mercredi 17 avril par Jérôme Ntibibogora, commissaire de la police dans la province de Muyinga, dans l'est du pays, l’ont été « lors d’une réunion publique, en présence du gouverneur, en présence de l’administrateur communal », note Aimé Magera, le porte-parole du CNL. Il y voit la preuve qu’il s’agit d’un « message du pouvoir ».

L’opposant rappelle que ce n’est « pas la première fois » que des autorités se livrent ainsi à des intimidations. « Même auprès des plus hautes autorités, on entend toujours des messages pareils », affirme-t-il.

« Et ce qu’il a dit, ils le font. Il y a des gens qu’on ramasse morts, parce qu’ils ont été assassinés par ce pouvoir », dénonce Aimé Magera. Quant aux « réunions clandestines » incriminées, il ne s’agit que d’un « alibi, un prétexte, pour éliminer systématiquement nos militants ». Une forme d’intimidation donc, qui ne « date pas d’aujourd’hui ».

Contacté à plusieurs reprises par RFI, le porte-parole de la police burundaise n'était pas joignable vendredi soir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.