RDC: Moïse Katumbi «innocenté» dans l’affaire de spoliation d’immeuble

Moïse Katumbi, ici au Rwanda le 27 avril 2018 (photo d'illustration).
© Yasuyoshi CHIBA / AFP

La Cour de cassation annule la décision du tribunal de paix. Pour les partisans de Moïse Katumbi, c’est la preuve qu’il s’agissait d’une affaire politique.

Depuis le début, Moïse Katumbi a toujours clamé son innocence dans cette affaire de spoliation d’immeuble. La Cour de cassation est allée dans son sens et a annulé la décision du tribunal de paix de Kamalondo, à Lubumbashi. Celui-ci avait condamné Moïse Katumbi à trois ans de prison et à des dommages et intérêts de un million de dollars.

« Quand Moïse disait qu’il était innocent, c’était la vérité. Et aujourd’hui, la Cour de cassation vient de confirmer que Moïse disait la vérité. Il était innocent et il a été blanchi et innocenté » se réjouit maître Barthélémy Mumba Gama, l’un de ses avocats.

► Lire aussi : une juge dénonce des pressions lors d’un jugement contre Katumbi

Aux yeux des partisans et des avocats de l’ancien gouverneur, la justice reconnait qu'il s'agit d'une affaire politique pour l’empêcher de postuler à la présidentielle de décembre 2018.

Une justice « libérée des pressions et des influences maléfiques »

Reste l’affaire des mercenaires qui lui avait également été imputée. Elle n’inquiète pas maître Barthélémy Mumba, pour qui « la justice, libérée des pressions et des influences maléfiques, va dire le droit et va encore donner raison à Moïse Katumbi, en disant que c’est une fausse affaire de mercenaires ».

Il espère que son client sera bientôt « totalement libre » et pourra « venir contribuer au développement du pays ». Conclusion de Moïse Katumbi, joint au téléphone, « l’arrêt de la Cour de cassation est intervenu le Vendredi saint. Pour le Chrétien catholique que je suis, cela est très significatif ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.