Republier
Algérie

Algérie: la concertation organisée par le pouvoir largement boudée

La réunion avec des membres de la société civile organisée par le président par intérim Abdelkader Bensalah, à Alger, le 22 avril 2019.
© RYAD KRAMDI / AFP

Le président par intérim Abdelkader Bensalah avait invité lundi 22 avril les partis politiques et plusieurs personnalités à discuter à huis clos de la préparation des prochaines échéances électorales. Mais la réunion a été largement boycottée.

Les concertations se sont ouvertes lundi matin mais les fauteuils étaient bien vides, à en croire la photo diffusée par l'agence de presse officielle. La rencontre se déroulait à huis clos au palais des Nations, en périphérie de la capitale. Toujours selon l'agence de presse officielle, étaient présents : des leaders de partis, des juristes et des représentants de la société civile, mais peu de noms circulent.

Difficile de savoir qui a participé à cette première journée de concertation à l’invitation du président par intérim Abdelkader Bensalah, car ceux qui y sont allés ont peu médiatisé leur présence. En revanche, ceux qui l’ont boycottée l'ont fait savoir et, de fait, ils sont aussi les plus nombreux.

Le rendez-vous a en effet été boudé par ceux qui ont vraiment du poids. Dans une lettre, Ali Benflis estime que ces concertations sont inopportunes et hors sujet. L'ancien Premier ministre estime même que cette réunion pourrait être perçue comme une provocation par les Algériens.

Quand vous voyez l'absence totale de toutes les figures importantes des partis politiques, des personnalités nationales, eh bien vous concluez que non seulement c'est un fiasco, mais que cette démarche ne peut pas aller plus loin. C'est de la perte de temps

Ali Benflis, ex-Premier ministre algérien
22-04-2019 - Par Marie-Pierre Olphand

Le MSP, le parti islamiste, voit aussi dans cette réunion une atteinte à la volonté populaire, comme l’explique Abderrazak Makri, son patron : « Les Algériens veulent un changement véritable. Ils ne sont pas d’accord pour que la transition soit dirigée par des personnalités affiliées au pouvoir. Tout le monde appelle à ce que Bensalah soit changé, il faut qu’il parte. Il faut donc répondre à l’appel des Algériens et après on ira dans le dialogue et dans la concertation. »

Tout le monde veut qu'il y ait un dialogue, mais pas avec les personnalités qui sont le produit même de la fraude électorale et le produit même de cette politique du fait accompli.

Abderrazak Makri, président du MSP
22-04-2019 - Par Marie-Pierre Olphand

La liste de ceux qui boycottent cette réunion ne s'arrête pas là. Il y a aussi le Parti des travailleurs. Louisa Hanoune, qui est à sa tête, se justifie dans une vidéo : ces concertations sont une manœuvre visant à imposer la continuité du même système. « Impossible qu’on puisse répondre à une telle invitation et de participer à une telle conférence que le peuple algérien a refusé », résume Djelloul Djoudi, secrétaire national à la communication du parti.

Le RCD de Mohcine Belabbas dit également ne pas se reconnaître pas dans « des agendas qui vont à l'encontre des revendications du peuple ».

Globalement, tous ceux qui se rangent du côté du peuple ont boudé la rencontre. Abdlekader Bensalah avait demandé à toutes les parties concernées de participer en toute confiance et de faire preuve d'innovation pour cette première étape. Il n'a manifestement pas réussi à convaincre.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.