Republier
RCA

RCA: le difficile quotidien de Zemio sous le contrôle des groupes armés

La Coopi prépare la distribution de biscuits énergétiques à Zemio, à 290 kilomètres de Bangassou, vendredi 13 avril 2019.
© Charlotte Cosset / RFI

En Centrafrique, la situation sécuritaire reste volatile dans bien des régions, malgré la signature de l’accord de paix, le 6 février dernier. De nombreuses villes restent sous contrôles des groupes armés. C’est le cas dans le sud-est du pays, notamment dans la ville de Zemio qui est prise en tenaille. Les axes de ravitaillement sont coupés alors que la connexion téléphonique ne fonctionne pas. La LRA disposerait de 5 bases non loin de la ville conduisant à de réguliers kidnappings. Le centre-ville, lui, est contrôlé par des hommes de l’UPC, d’Ali Darassa. Impossible de circuler sur les axes à plus de 20 kilomètres alentour à cause de l’insécurité.

À Zemio, une règle tacite empêche les civils de circuler à plus de cinq kilomètres. Ici, pas de forces armées régulières, seulement un bataillon de la Minusca, la force onusienne. Et le quotidien dans la ville asphyxiée par le non-ravitaillement est compliqué par les hommes en armes. Mais il est difficile de parler des questions sécuritaires.

Un commandant de zone patrouille toute la journée sur sa moto. Rien ne lui échappe. Les populations sont limitées dans leurs activités. Par exemple, pas question de faire un rassemblement musical sans prévenir le chef.

Le plus difficile pour Zemio aujourd’hui totalement isolé est la taxation pour la traversée de la rivière imposée par les hommes en armes. Ce piroguier est contrôlé par les éléments armés juchés sous une petite paillote au-dessus du talus. Il nous donne les tarifs : « Les hommes 1 000 francs, les femmes 500 pour traverser ici. Ça dérange. »

Le responsable politique de la zone, Abubakar Garba assure que la ville est calme et que ces propos sont exagérés : « On n’a aucun problème ici qui nous dérange vraiment. Nous, on n’a pas de problème avec les populations qui sont ici. Les taxes qu’on demande là-bas, ce n’est pas pour les formalités. Quelqu’un qu’on trouve à la rivière là-bas il te demande une aide, si tu as 100 francs ou bien 200... ce n’est pas une taxe officielle. »

Depuis peu, un nouveau groupe d’hommes armés a aussi pris position dans la ville. Difficile de connaître leurs objectifs. Le sud-est de la Centrafrique est connu pour ses ressources en diamant et en or.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.