Republier
Soudan

Soudan: pourquoi les contestataires ont rompu le dialogue avec l'armée

Une voiture est fouillée à un barrage sur une route menant au ministère de la Défense, à Khartoum, le 22 avril 2019.
© REUTERS/Umit Bektas

Les nouveaux dirigeants militaires ont sommé, lundi 22 avril, les manifestants de démanteler les barrages devant le QG de l'armée à Khartoum. Mais les militants, qui continuent de réclamer un transfert du pouvoir aux civils, n'ont pour l'instant pas bougé. Les tensions se sont amplifiées après la suspension des discussions entre les deux camps dimanche soir. Que s’est-il passé ?

Les partis d’opposition ont renoncé dimanche soir à présenter un gouvernement civil. Ils en imputent la responsabilité au Conseil militaire de transition avec lequel ils disent avoir suspendu le dialogue. Dora Gombo, membre de l’Association des professionnels soudanais (APS), l’organisation à la tête de la contestation au Soudan, revient sur les raisons d’une rupture affichée.

« Le Conseil militaire a essayé de nous imposer des partis politiques proches de l’ancien régime, explique-t-elle. Des organisations qui ne font pas partie de la coalition de la liberté et du changement. Mais, pourtant, c’est bien cette coalition qui a réussi à mener la révolution là où elle en est aujourd’hui. »

À lire aussi : Revue de presse : la suspension des discussions au Soudan entre l'opposition et l'armée

L’opposition assure qu’elle présentera jeudi prochain une proposition de gouvernement civil, même si l’armée ne devait pas donner son aval. Les leaders de la protestation annoncent également qu’ils ne reprendront les pourparlers qu’à certaines conditions. « On demande maintenant au Conseil militaire qu’il rompe avec certains de ses membres qui sont trop liés à l’ancien régime », justifie Dora Gombo.

Autrement dit, de rompre avec trois personnalités haut placées : le chef de la police, le responsable des services de renseignement et enfin le chef du comité politique du Conseil militaire.

Craignant un dérapage dans cette crise soudanaise, des dirigeants africains tiendront ce mardi au Caire un sommet autour de l'Égyptien Abdel Fattah al-Sissi, président en exercice de l'Union africaine. 


■ La crise économique toujours d'actualité

Si le mouvement de contestation soudanais actuel est politique, c’est l’économie qui a mis le feu aux poudres en décembre quand le prix du pain a triplé.

Dans les boucheries du grand souk, il n’y a pas foule. La viande est un produit de luxe. Avec un taux d’inflation de 70%, le pays est économiquement à genou. Premières victimes de la situation : la population et les petits commerçants.

Reportage à Khartoum
23-04-2019 - Par Nadia Blétry

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.