Paludisme: lancement de tests du vaccin le plus avancé sur des enfants

Le paludisme se propage par la piqûre de certaines espèces de moustiques du type anopheles.
© GETTY/DEA PICTURE LIBRARY

À la veille de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme jeudi 25 avril, l’Organisation mondiale de la santé, l’OMS, annonce le lancement de tests à grande échelle du vaccin le plus avancé, mais à l’efficacité limitée. Ces tests vont avoir lieu au Malawi, au Kenya et au Ghana sur des dizaines de milliers d'enfants, principales victimes du paludisme. En Afrique, ils sont plus de 250 000 âgés de moins de 5 ans à succomber à la maladie chaque année.

Disons-le d’emblée : ce vaccin, baptisé « RTS-S », n’est pas la panacée. Selon les essais cliniques chez les enfants, il permettrait de réduire d’environ 40% le nombre de cas de paludisme en général pendant les 4 années de suivi, et de près de 30% le nombre de cas de paludisme grave.

Par ailleurs, quatre doses doivent être administrées au jeune enfant, ce qui constitue une contrainte. On est donc loin du vaccin idéal mais il a un intérêt potentiel.

Dès lors, l’OMS a opté pour une nouvelle phase de tests, à grande échelle, dans trois pays pilotes : Malawi, Kenya et Ghana. Ces tests vont concerner 360 000 enfants chaque année, vivant dans des régions exposées au paludisme.

Plusieurs points vont être évalués : l’impact du vaccin pour réduire la mortalité, son innocuité dans le cadre d’une utilisation systématique et la faisabilité d’administrer quatre doses.

Si les résultats sont positifs, et on le saura au mieux dans deux ans, ce vaccin mis au point par la firme GSK pourrait être déployé plus largement en Afrique. Il viendrait alors étoffer, et non pas remplacer, la stratégie de lutte contre le paludisme, fondée notamment sur l’utilisation de moustiquaires imprégnées, la pulvérisation d’insecticides dans les habitations et le traitement préventif des femmes enceintes.

Ce vaccin n'est pas parfait. [...] Mais, en revanche, le paludisme reste un défi majeur...

Matthew Coldiron, médecin épidémiologiste au sein de l’ONG Médecins sans frontières.
24-04-2019 - Par Valérie Cohen

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.