Republier
RDC

RDC: suspension du ministre par intérim des Affaires foncières Emmanuel Ilunga

Emmanuel Ilunga lors d'une réunion à Tripoli, le 6 janvier 2018.
© AFP PHOTO/Mahmud Turkia

En République démocratique du Congo (RDC), le ministre des Affaires foncières par intérim, Emmanuel Ilunga, a été suspendu de ses fonctions jeudi 25 avril. La primature lui reproche d’avoir outrepassé ses prérogatives en tant qu’intérimaire. Lui se dit victime d’une campagne de calomnie pour avoir mis sur pied, à son arrivée à ce poste mi-mars, une commission chargée de faire la lumière sur des conflits fonciers dont certains impliqueraient des personnalités de premier plan.

C’est par courrier qu’Emmanuel Ilunga a été notifié de sa mise à l’écart. Le Premier ministre évoque « un climat de méfiance et de suspicion ».

En début de semaine, l’un de ses conseillers a accusé le ministre d’avoir détourné l’équivalent de 9 000 euros et d’avoir remplacé plusieurs membres du cabinet. « En tant qu’intérimaire, il n’a pas droit de procéder à des nominations », justifie la chargée de communication du Premier ministre.

Une « machination »

Mais Emmanuel Ilunga nie en bloc. Il se dit victime d’une « machination » pour s’être attaqué, selon lui, à une série d’affaires de spoliations de biens immobiliers impliquant de hautes autorités, à travers une commission qu’il a mise sur pied : « C’est la commission Étienne Tshisekedi qui dérange. On m’a demandé de la fermer, carrément. Pourquoi j’ai fait la commission ? C’est ça qui dérange, parce que la commission et l’enquête montent des dossiers pour rendre les biens qui ont été spoliés à leurs propriétaires, spoliés par certaines autorités et, parmi ces autorités, il y a aussi certains généraux. Donc, j’ai ouvert la boîte de Pandore. Et tout de suite, la machine s’est mise en place pour me bloquer, m’interdire de parler. »

Quelques jours plus tôt, dans un courrier écrit cette fois au président Tshisekedi que RFI a pu consulter, Emmanuel Ilunga se plaignait de « menaces » et d’« injures » proférées par des spoliateurs. Il accusait le Premier ministre d’avoir « tenté » de lui « interdire » de poursuivre son travail.

« Faux, il cherche à politiser le débat », répond la chargée de communication du Premier ministre qui, lui, n’a pas souhaité s’exprimer sur le dossier.

Emmanuel Ilunga sera remplacé à l’intérim des Affaires foncières par Tshibangu Kalala. Il conserve cependant son poste d’origine, celui de vice-ministre en charge des Congolais de l’étranger. À noter aussi la nomination de Jean Pierre Lisanga Bonganga comme ministre intérimaire des Sports après la démission, il y a quelques jours, d’Astrid Madiya.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.