Élections au Bénin: l'internet mobile et les réseaux sociaux fortement perturbés

Photo de bureaux de vote installés derrière l'école d'Adjina à Porto-Novo.
© RFI/Carine Frenk

Alors que des élections législatives se tenaient ce dimanche au Bénin, sans les partis d'opposition qui n'ont pas été autorisés à concourir, les réseaux sociaux et services de messagerie étaient difficilement accessibles. L'internet mobile était par endroits complètement coupé.

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche 28 avril à 7 h 00, heure locale, au Bénin pour des élections législatives sous tension dans un pays pourtant considéré comme un modèle de démocratie en Afrique de l'Ouest.

► À lire aussi : Bénin: le gouvernement récuse les accusations d’Amnesty International

Mais dans la soirée du samedi 27 avril, des internautes ont signalé à RFI que les réseaux sociaux tel Facebook et Twitter et les services de messagerie comme WhatsApp connaissaient des dysfonctionnements. Voire étaient complètement inaccessibles, sans l'aide d'un service de VPN. 

Le site Netblocks, qui dresse une cartographie d'internet dans le monde, signalait ces ralentissements de connexion des réseaux sociaux en début de matinée.

Internet sans frontières, par voie de communiqué, a « condamné avec la plus grande fermeté le blocage des réseaux sociaux intervenu au Bénin ». « Nous exhortons les autorités à rétablir l’accès aux réseaux sociaux dans les meilleurs délais », a déclaré Qémal Affagnon, coordonnateur Afrique de l’Ouest d’Internet sans frontières.

Cette coupure vient décrédibiliser les actions de ce gouvernement.

Internet sans frontières dénonce la censure des réseaux sociaux et de l'internet mobile
28-04-2019 - Par Bineta Diagne

Pour François Patuel, chercheur pour Amnesty International basé à Dakar, c'est une « violation flagrante du droit à la liberté d'expression un jour d'élection ».

« Personne n’arrive à se connecter sur les réseaux sociaux au Bénin depuis 1 h du matin. WhatsApp, Twitter, Facebook : tout est bloqué apparemment. Je n’arrive à joindre aucun de mes proches », écrivait ce matin sur sa page Facebook Mylène Flicka, fondatrice du média béninois Irawo. Elle invitait tous ses contacts à utiliser un VPN.

Les internautes béninois se sont mis à activer un VPN pour poster sur les réseaux sociaux, faisant état de leur inquiétude, en reprenant un hashtag : #BeninShutDown.

En milieu de matinée, c'est l'internet mobile dans son ensemble qui s'est mis à montrer des signes de ralentissement. Plusieurs sources ont confirmé à RFI ne plus du tout avoir accès à internet depuis leur téléphone portable utilisant les réseaux des deux principaux opérateurs du pays, MTN et Moov. 

Contactée par RFI en milieu de matinée, la présidence béninoise n'avait « pas d'explication » à donner.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.