Kenya: une page Facebook utilisée pour faire la chasse aux gangsters fermée

La police kényane est soupçonnée d’utiliser Facebook pour repérer des criminels présumés et les exécuter en dehors de tout cadre légal.
© Yasuyoshi CHIBA / AFP

Une page Facebook suspectée d’appartenir à un escadron de la mort de la police kényane a été fermée par le réseau social. Baptisée « Nairobi Free Crime », très suivie, elle était connue pour diffuser des photos violentes de présumés criminels exécutés de façon extrajudiciaire.

La police kényane est soupçonnée d’utiliser Facebook pour repérer des criminels présumés et les exécuter en dehors de tout cadre légal. Des actes dénoncés par des défenseurs des droits de l’homme et objets d’une enquête de la BBC il y a deux semaines.

Depuis quelques années, plusieurs pages ont en effet été créées sur le réseau social. Y sont publiées des images de jeunes gangsters, de leurs crimes, de leurs zones d’opération ou encore des armes qu’ils possèdent. Quelques jours ou semaines plus tard, ces criminels sont retrouvés assassinés. Des images très violentes de leurs corps sont alors postées sur ces mêmes pages Facebook, avec en commentaire des avertissements pour les membres de gangs encore en liberté.

Voyant leur profil apparaître sur certaines pages, des jeunes des quartiers sont entrés dans la clandestinité, d’autres ont demandé la protection de défenseurs des droits de l’homme.

Les ONG soupçonnent la police de gérer ces profils Facebook. Mais les forces de l’ordre démentent. Joseph Boinett, l’ancien chef de la police, a déclaré que ces comptes en ligne étaient gérés par « un civil passionné par les questions de sécurité ».

Alerté à plusieurs reprises, Facebook s’était jusqu’à présent contenté de flouter des photos. Le réseau social vient finalement de supprimer la page « Nairobi Free Crime », suivie par 300 000 personnes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.