Libye: Haftar veut rallier les villes de l'ouest à son armée

Des membres de l'Armée nationale libyenne, à Benghazi, le 7 avril 2019.
© REUTERS/Esam Omran Al-Fetori

Les milices de Misrata et de Tripoli, loyales au gouvernement d'union nationale (GNA), s'acharnent depuis une douzaine de jours à repousser les forces du maréchal Haftar du sud de la capitale. Ces contre-offensives ont un objectif simple mais laborieux : avancer. Mais depuis le 4 avril, les mêmes positions passent d’un camp à l’autre sans qu’une partie ne réalise de percée. Les frappes aériennes se sont alors intensifiées des deux côtés. Le maréchal Haftar semble avoir une stratégie pour faire tomber la capitale : rallier les villes de l’ouest à son armée.

Une cinquantaine d'officiers de l'armée et de la police de l'ouest, tous debouts devant la préfecture générale à Sabrata, ville située à 60 kilomètres de Tripoli, déclarent ce mardi avoir lâché le gouvernement Fayez al-Sarraj. Ils intègrent l'Armée nationale libyenne :

« Nous faisons ce choix parce que nous pensons qu'il est le meilleur, nous croyons que l'ANL dirigée par le maréchal Haftar, peut réunifier la patrie, lui rendre son prestige et rendre leur dignité aux citoyens. L'ANL peut mettre fin au chaos, rétablir la sécurité et la stabilité. Sauver le pays des mains des milices. »

Aussitôt, l'emblème sur la page Facebook de ces forces change : l'image de l'aigle remplace le croissant qui auréole deux épées croisées.

Les forces de Sabrata ne font en fait qu'officialiser leur position... Car ce changement de camp n'est une surprise pour personne. Le major-général Omar Abdel Jalil, chargé en 2017 par le Premier ministre de combattre l'organisation État islamique à Sabrata, constate que le gouvernement soutenu par la communauté internationale n'est qu'un « gouvernement de milices ». Il soutenait donc secrètement l'Armée nationale libyenne.

Au tout au début de cette guerre à Tripoli, une source bien informée à Sabrata nous affirmait que les forces sécuritaires de la ville avaient clairement pris position pour l'ANL. « Ce qui était sous la table est désormais au-dessus de la table », affirme cette source. Des proches de l'ANL affirment que d'autres villes qui entourent Tripoli feront de même et s'allieront à l'ANL très prochainement. Sur la liste, Sarmane, Ajilat ou al Jamil, ses villes comme Gheryane, Bani Walid et Tarhouna soutiennent déjà le maréchal.

Encercler la capitale par des forces qui s'allient à sa cause semble être la stratégie de l'homme fort de l'est pour gagner cette guerre. « Lui, ce qu’il voulait faire idéalement le 4 avril, et cela aurait pu marcher - ça n’a pas marché mais je pense qu’il va rester sur la même logique - c’est effectivement convaincre le maximum de communautés de groupes armés autour de Tripoli. Sa stratégie d’entourer Tripoli a marché à moitié, elle aurait pu beaucoup mieux marcher, estime Jalel Harchaoui, chercheur à l'institut Clingendael à La Haye. Et à cause de ça, les milices à l’intérieur, au cœur de la capitale, ont eu le mauvais réflexe, de son point de vue, en lui résistant encore plus. Et finalement, maintenant que l’on sait que son opération des premières 48 heures n’a pas marché, mais il reste grosso modo sur la même stratégie, c’est-à-dire pouvoir petit à petit convaincre et jouer sur les divisions intérieures du centre-ville de Tripoli, et continuer à essayer d’augmenter ces loyautés et ces alignements autour de Tripoli. Finalement, on est en train d’assister à une version beaucoup plus lente, plus périlleuse, plus destructrice, plus risquée de la même stratégie, celle qui aurait pu marcher en deux jours au début du mois d’avril. »

L'aviation de Misrata, loyale au gouvernement Sarraj, a mené des frappes hier mardi au sud de Sabrata et des positions sur la ville de Gheryane.

Selon l'OMS, 345 personnes sont mortes et 1 652 ont été blessées depuis le début de cette offensive lancée le 4 avril dernier par le maréchal Haftar.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.