Congo-B: les conditions de détention d'un opposant dénoncées par ses avocats

Le général Jean-Marie Michel Mokoko, à l’ouverture de son procès, le 7 mai 2018.
© RFI / Florence Morice

Au Congo-Brazzaville, les avocats de l’opposant Jean-Marie Michel Mokoko dénoncent un durcissement de ses conditions de détention. Ses avocats ne sont plus autorisés à rendre visite au général depuis dix jours. Ils assurent pourtant être munis des permis de visite qui devraient leur donner accès à la maison d’arrêt de Brazzaville. Le général, qui avait annoncé son intention de briguer la présidence en 2016, a été condamné, l'an dernier, à vingt ans de réclusion criminelle pour atteinte à la sécurité intérieure de l'État. Maître Norbert Tricaud est l’un de ses conseillers ; il répond aux questions de RFI.

Condamné, il n'a plus droit à l'assistance des avocats.

Maître Norbert Tricaud
02-05-2019 - Par Michel Arseneault

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.