RSF s’inquiète pour la liberté de la presse en Afrique

Du Maroc aux Comores, en passant par la Guinée, la RDC ou le Burundi, la situation des journalistes sur le continent est souvent inquiétante, estime RSF (image d'illustration).
© Siegfried Forster / RFI

Le 3 mai est la Journée mondiale de la liberté de la presse. L'occasion pour l'ONG Reporters sans frontières (RSF) de dresser un état des lieux sur le continent et de se pencher sur la situation dans plusieurs pays d'Afrique.

La République démocratique du Congo

RSF note que des signaux favorables ont été envoyés depuis le début de l'année. Mais l'ONG insiste : ils doivent se poursuivre au vu du passif du pays en matière de liberté de la presse.

La RDC reste le pays dans lequel RSF a enregistré le plus grand nombre d’exactions et d’atteintes à la liberté de la presse pour la deuxième année consécutive en 2018. Il est donc urgent que le nouveau président Félix Tshisekedi change de logiciel, de politique.

RDC
02-05-2019 - Par Marie-Pierre Olphand

La Guinée

Des progrès ont été réalisés dans les textes, mais la situation demeure préoccupante. Le pays a perdu trois places dans le dernier classement 2019 de la liberté de la presse établi par RSF.

La Guinée continue de mettre en prison, pour des courtes durées mais tout de même en prison, des journalistes dans l’exercice de leur fonction, alors que le code de la communication prévoit la dépénalisation des délits de presse.

Guinée
02-05-2019 - Par Marie-Pierre Olphand

Les Comores

La situation s'est dégradée aux Comores. RSF juge qu'elle est même particulièrement alarmante, d'autant que le pays ne faisait jusque-là pas partie des plus répressifs en matière de liberté de la presse.

On constate depuis un an une recrudescence assez alarmante des exactions. (…) Il y a une vraie pression qui est mise sur les médias et les journalistes comoriens qui couvrent la crise post-électorale et on a noté dernièrement deux journalistes français qui ont été contraints de quitter le pays.

Comores
02-05-2019 - Par Marie-Pierre Olphand

Le Maroc

Le harcèlement judiciaire des journalistes préoccupe particulièrement RSF au Maroc. Tout comme la censure entourant certains sujets.

Certains sujets sont toujours aussi tabous et difficiles à traiter. Des journalistes peuvent se faire arrêter et être inquiétés pour traiter la situation dans le Rif, ou pour traiter les sujets concernant l’immigration. Et l’autre grand problème c’est les poursuites judiciaires.

Maroc
02-05-2019 - Par Marie-Pierre Olphand

Le Congo-Brazzaville

La pression est toujours très forte sur les médias au Congo-Brazzaville, s'alarme RSF.

Les conditions d’exercice du journalisme au Congo-Brazzaville restent difficiles. Le pays a encore perdu trois places au classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 219. L’autocensure reste un problème permanent, pour des journalistes qui sont intimidés et ont peur de critiquer le pouvoir.

Congo-Brazzaville
02-05-2019 - Par Marie-Pierre Olphand

Le Burundi

Au Burundi, la situation s'est dégradée depuis 2015 et pour ce pays, RSF peine à faire preuve d'optimisme.

Les choses n’évoluent pas favorablement au Burundi et rien n’indique que la situation va s’améliorer dans les mois ou années à venir. Nous sommes en période pré-électorale, la censure et la propagande sont directement prises en charge par le président Nkurunziza.

Burundi
02-05-2019 - Par Marie-Pierre Olphand

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.