Réforme de la Constitution au Gabon: les propositions de Démocratie nouvelle

Photo d'illustration. Ici, René Ndemezo'o Obiang (D) discute avec l'opposant Jean Ping, le 8 septembre 2016.
© STEVE JORDAN/AFP

Au Gabon, le président Ali Bongo est rentré à Libreville après quelques jours d'absence. Victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC), le 24 octobre dernier lors d’un séjour en Arabie saoudite, le président gabonais a repris ses fonctions à la fin du mois de mars. L'état de santé du chef de l'Etat avait créé de vifs débats politiques, notamment sur la vacance du pouvoir et sur une nécessité de réformer la Constitution. Ainsi, ce n'est pas parce qu'Ali Bongo est rentré que tout le monde laisse tomber ces questions, à l'image du parti Démocratie nouvelle avec, à sa tête, le président du Conseil économique et social, René Ndemezo'o Obiang. Il vient de dégainer plusieurs propositions de réforme de la loi fondamentale.

S’il advient qu’un président dans l’exercice de ses fonctions a un empêchement, nous pensons qu’il est souhaitable que la personnalité qui assure l’intérim assume cet intérim jusqu’à l’achèvement du mandat en cours, de manière à ce que l’élection présidentielle reste toujours fixée dans les mêmes délais.

René Ndemezo'o Obiang
04-05-2019 - Par Yves-Laurent Goma

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.