Republier
Bénin

Bénin: important dispositif policier pour assurer le retour du calme à Cotonou

Une patrouille de police dans les rues de Cadjéhoun, à Cotonou, au Bénin, le 1er mai 2019.
© Yanick Folly / AFP

Au Bénin, le calme semble revenu à Cadjéhoun de Cotonou. C’est dans ce quartier qu’ont eu lieu des affrontements entre manifestants de l’opposition et forces de l’ordre. Des affrontements qui ont fait au moins deux morts. C’est aussi là que réside l’ancien président Thomas Boni Yayi. Des rumeurs de son arrestation avaient déclenché les violences. Depuis, les forces de l’ordre quadrillent la zone et empêchent le passage de véhicules. La quiétude est de retour mais les riverains font malgré tout preuve de prudence.

Sur près de 300 mètres, la grande avenue qui traverse le quartier Cadjéhoun est barrée par les véhicules des forces de l’ordre. Aucun véhicule motorisé n’y est autorisé, seuls les piétons peuvent emprunter la rue.

Présence policière appréciée

Ce dimanche, le quartier est très paisible. Les abords de l’avenue sont désertés. Pour cet électricien en bâtiment, la présence de la police est appréciée : « C’est calme. Ils sont là, c’est bon. Ils sont là pour les gens qui vont faire du désordre. Il y a la paix, il n’y a plus de problèmes. Tout le monde est calme. »

Un peu trop calme, peut-être. C’est l’avis de Ricardo, un jeune apprenti coiffeur dont l’activité est très impactée par cette quiétude. D’après lui, tout le monde préfère rester à la maison : « Tout est calme, même les affaires ne tournent plus bien. Même au bord de la voie, vous allez voir que presque tout le monde a fermé. Ce n’est pas comme ça d’habitude. Souvent le dimanche, il y a plus de monde dehors, et beaucoup de passants. Dans notre travail, on a plus de clients. Moi, je ne veux pas bouger même si j’ai faim, je reste. Je ne sors pas. »

« Tout va bien »

« Tout va bien », c’est ce que les riverains ne cessent de répéter. Mais ils confient tout de même rester sur le qui-vive et attendent de voir comment réagiront les opposants à l’installation, d’ici le 15 mai, de la nouvelle Assemblée nationale.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.