Madagascar: le défi de l’autosuffisance en riz

Une rizière à Antananarivo, la capitale malgache.
© RFI/Paulina Zidi

À Madagascar, la récolte du riz bat son plein. Aliment de base de la population, les autorités visent l’autosuffisance en riz d’ici l’année prochaine. Un objectif ambitieux puisque le pays a importé 550 000 tonnes de riz blanc en 2017 pour nourrir sa population. Malgré une météo clémente cette année, les riziculteurs doivent faire face à de nombreuses difficultés qui les empêchent d’avoir de bons rendements.

À Madagascar, être riziculteurs rime souvent avec pauvreté et moyens du bord. Hery Rakotoharisolo, 45 ans, cultive du riz à Ambatokely, une commune rurale à une heure de la capitale, Antananarivo.

« On a vraiment besoin de l’État pour nous donner un coup de main, car on est en manque de terres pour cultiver le riz. Pour les semences, on utilise les restes de la récolte pour assurer la nouvelle culture. C’est tout. On fait avec le peu que l’on possède », témoigne Hery Rakotoharisolo.

Il ne dispose que de 10 ares de terres soit 1 000 mètres carrés. À Madagascar, 80% de la population travaille dans le secteur agricole, la plupart cultivent du riz. Des cultures essentiellement destinées à leur propre consommation. L’excédent alimente les marchés et les épiceries.

À quelques mètres de là, Rado Randriamihaja, le dos courbé, coupe avec empressement les tiges de riz : « Cette année, il n’y a pas eu de cyclone donc la récolte est bonne. Mais ce qu’il nous manque toujours ce sont des outils pour bien améliorer nos techniques de culture et pour avoir de meilleurs rendements. Un gros problème pour nous c’est l’argent pour acheter l’engrais. Jusqu’à maintenant, jamais un gouvernement ne nous a aidés. Pourtant si nous ne sommes pas là pour produire du riz, les gens en ville ne peuvent pas manger. »

Dans le pays, le rendement moyen du paddy, le riz brut, est de 2,5 tonnes par hectare.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.