Republier
Cameroun

Cameroun: HRW dénonce des cas de torture de militants anglophones

Buea, capitale de de la province camerounaise du Sud-Ouest et épicentre des troubles du Cameroun anglophone, le 27 avril 2018
© © ALEXIS HUGUET / AFP/Archives

Human Rights Watch dénonce un emploi « régulier » de la torture au Cameroun. Dans son dernier rapport, l'organisation de défense des droits de l'homme accuse les autorités d’avoir recours à la « détention au secret » au Centre de détention du secrétariat d'État à la défense (SED), à Yaoundé. L’ONG a eu connaissance de 26 cas de détention au secret et de disparitions forcées depuis janvier 2018. La plupart de ces cas concernent des hommes et des femmes suspectés d'être des séparatistes anglophones.

Une chose que je n’oublierai pas, c’est le témoignage de cette femme qui a été détenue au SED avec son bébé, un enfant d’à peine 18 mois, et qui a été gardée au secret au SED pendant environ six mois sans accès au monde extérieur, sans pouvoir appeler sa famille. Tout le monde pensait qu’elle était morte. Elle m’a raconté la torture qu’elle a observée sur d’autres détenus qui étaient gardés au SED avec elle. Du fait qu’il y avait des centaines de personnes, elle a parlé d’au moins 130 personnes, tous des anglophones, la majorité en tout cas anglophone, qui étaient au SED, qui étaient torturés et détenus là-bas.

Ilaria Allegrozzi de Human Rights Watch
07-05-2019 - Par Michel Arseneault

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.