Crise au Bénin: l'Église fait une offre de médiation pour un retour à la paix

Une patrouille de police dans les rues de Cadjéhoun, Cotonou, Bénin, le 1er mai 2019.
© Yanick Folly / AFP

Au Bénin, au lendemain des événements des 1er et 2 mai derniers à Cadjehoun, les évêques du Bénin ont fait, vendredi 3 mai une offre de médiation au gouvernement pour le retour de la paix.

C’est avec l’opposition que les premières discussions ont commencé et ceci dans une discrétion totale. De bonnes sources, Boni Yayi a donné mandat à un de ses proches, qui fut l’un de ses ministres importants, pour parler en son nom avec le clergé. Son entourage affirme qu’il ne sort plus de chez lui depuis quelques jours.

Déjà deux rendez-vous auraient été organisés. Rien ne filtre, on sait cependant qu’une équipe réduite de la conférence épiscopale a travaillé sur ces premiers échanges. La suite sera, une rencontre à organiser avec l’ancien chef d’État. Elle devrait se faire seulement au retour de l’archevêque de Cotonou, en voyage en ce moment.

Du côté du pouvoir, on ignore si quelque chose a déjà été entrepris. On sait juste que Patrice Talon a reçu un homme d’Église vendredi dernier, l’audience n’était pas publique et son objet n’a pas été révélé, mais elle a eu lieu le jour de la déclaration des Évêques du Bénin.

On sait que c'est l'homme de la situation (ndlr: Patrice Talon).

Wilfried Leandre Houngbedji, directeur de la communication du président Patrice Talon
08-05-2019 - Par Bineta Diagne

A côté de la démarche de l’Église catholique, l’église protestante et plusieurs imams de Cotonou et de Porto-Novo ont multiplié les appels à la paix.

Le parti FCBE, les Forces cauris pour un Bénin émergent, réclame le retrait total des forces de l'ordre dans le quartier Cadjéhoun de Cotonou, où réside l'ex-chef de l'État Thomas Boni Yayi. C'est dans ce quartier qu'avaient éclaté les violences ayant provoqué des morts par balle la semaine dernière. Le FCBE exige de nouveau l'annulation du scrutin législatif du 28 avril dernier, ainsi que la mise en place d'un cadre de concertation nationale pour trouver une issue à la crise post-électorale.

Le but visé par Patrice Talon n'est rien d'autre que de confisquer le pouvoir législatif, d'imposer une autre Constitution et d'imposer un régime dictatorial de type despotique, mafieux et terroriste.

Candide Azzanaï, président du parti d'opposition Restaurer l'espoir
08-05-2019 - Par Sidy Yansané

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.