Niger: l'hôpital national de Niamey à flux tendu pour soigner les grands brûlés

L'hôpital de Niamey a déclenché le «Plan blanc» pour soigner les grands brûlés de l'explosion d'un camion citerne, le week-dernier.
© RFI/Moussa Kaka

Trois jours de deuil national ont été décrétés au Niger après la mort de 60 personnes dans l'explosion d'un camion-citerne, près de Niamey, dans la nuit de dimanche à lundi. L'explosion a également fait une quarantaine de blessés. Les brûlés ont été pris en charge par le service d'urgence et de réanimation de l'hôpital national de Niamey.

Le service des urgences et de réanimation de l’hôpital national de Niamey met les bouchées doubles pour sauver le maximum de brûlés.

Le professeur Ag Maman Sani Chaibou, le chef du département, nous explique : « On les a pris en charge d’emblée », et des perfusions ont été posées aux blessés

Dans ce bloc, tous sont des spécialistes de la médecine d’urgence : « Les patients que vous voyez ici sont en phase de réhydratation, on attend... et dans deux jours, on va reprendre encore le pansement sous anesthésie générale. Puis nous allons envisager la prise en charge de la troisième phase : la greffe de peau. »

Le ministre de la Santé publique, docteur Idi Illiassou Mainassara, poursuit : « Il y a des malades, des brûlés du troisième degré avec un espace corporel de plus de 50% (atteint). Tous ceux qui étaient dans des cas encore plus graves hier ont été admis au bloc immédiatement. »

En cas d’afflux massif de blessés ou de patients, l’hôpital national de Niamey dispose d’un « Plan Blanc »: en temps record, le personnel est mobilisé.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.