Republier
RDC

RDC: Butembo, dans l’Est, cible d’une nouvelle attaque

Vue générale de la ville de Butembo, dans la province du Nord-Kivu, épicentre de la dernière épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo, le 9 mars 2019.
© JOHN WESSELS / AFP

Plusieurs miliciens ont mené une attaque, tôt ce mercredi, dans la ville de Butembo. Selon le porte-parole de l'armée, au moins 8 assaillants ont été tués et un autre blessé lors de la contre-offensive. Un policier a également trouvé la mort. Une attaque qui complique le travail des équipes chargées de lutter contre l'épidémie d'Ebola. Butembo reste l'un des principaux foyers où sévit le virus en République démocratique du Congo.

C’est vers 5h30 que l’attaque a été lancée et a cessé aux environs de 10 heures. Selon le maire de Butembo, Sylvain Kanyamanda, les assaillants étaient vêtus en « civils » et équipés d’armes blanches, armes à feu, mais aussi de grigris. Les assaillants, de présumés Maï-Maï, ont visé, dit-il, une position militaire dans la partie nord de la ville. Le maire parle d’un groupe « très organisé » et dit espérer que l’audition d’au moins deux miliciens capturés permettra d’en savoir davantage sur leur identité et aussi sur leurs objectifs.

La société civile sur place a évoqué des affrontements dans plusieurs points stratégiques. Les affrontements auraient cessé vers 10h dans le centre-ville selon des témoins. Mais des tirs sporadiques étaient encore entendus dans la périphérie de Butembo en milieu de matinée.

Les activités médicales de nouveau perturbées

Les assaillants envisageaient-ils de s’en prendre aux équipes de la riposte à l’épidémie d’Ebola ? Impossible à affirmer à ce stade. L’audition d’au moins un assaillant capturé, selon les autorités, devrait permettre d’en savoir davantage, assure le maire de la ville. Quoi qu’il en soit, les activités des équipes médicales chargées de lutter contre l’épidémie ont une nouvelle fois été paralysées.

Ce mardi déjà, elles ont été fortement ralenties suite à une rumeur, démentie depuis, selon laquelle un conducteur de moto-taxi serait mort après une collision avec un véhicule de l’équipe de la riposte. Cette rumeur avait entraîné des jets de pierre contre l’hôpital général et alimenté la crise de confiance entre équipes médicales et population. Vendredi dernier, deux motards avaient déjà perdu la vie alors au cours d’un accrochage qui a eu lieu sur le site d’un enterrement sécurisé d’une patiente morte d’Ebola, ayant entraîné deux jours de manifestations, rapporte la société civile de Butembo.

Cela fait donc cinq jours maintenant que les activités de la riposte à l’épidémie d’Ebola tournent au ralenti. Ce qui fait craindre une flambée des contaminations et des décès liés à la maladie.

Inquiétude de la société civile

La société civile s'inquiète comme en témoigne Edgar Mateso, vice-président de la société civile de Butembo, qui demande au président Felix Tshisekedi de tenir ses promesses de campagne.

« Il a promis que la pacification de l’Est était sa priorité, rappelle Edgar Mateso que nous avons joint au téléphone. Il a promis de remplacer tous les militaires qui étaient dans la région. Nous, on était en train d’espérer la pacification, malheureusement notre espoir est en train de se flétrir.

La plupart des militaires qui sont à l’est de la République démocratique du Congo sont d'anciens rebelles et nous craignons qu’ils soient en accointance avec leurs anciens compagnons. C’est pourquoi nous avons toujours émis le vœu que tous ces militaires soient mutés vers l’ouest et que ceux qui sont du côté de l’ouest viennent à l’est du pays. De telle sorte que ceux qui pourraient être soupçonnés d’être familiarisés à des groupes armés soient un peu éloignés de leur milieu naturel. Cela pourrait être un début de pacification de cette région. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.