RDC: l’ONU pointe une augmentation des violations des droits de l’homme

Un véhicule de la police patrouille dans Kinshasa le 30 novembre 2017.
© Junior D. KANNAH / AFP

La RDC était devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève. L’institution évoque des motifs de satisfaction avec une réouverture de l'espace politique depuis l'arrivée au pouvoir d'un nouveau président à Kinshasa. Mais le bilan est plus inquiétant sur les violations des droits de l'homme qui ne baissent pas. Celles commises par les agents de l'État augmentent même. En mars dernier, le Bureau conjoint de l'ONU aux droits de l'homme a ainsi noté que 61% des violations, dont des exécutions extrajudiciaires, ont été commises par les forces de l'ordre et notamment l'armée congolaise. Plus, donc, que par les groupes armés. La ministre congolaise des Droits de l'homme, Marie-Ange Mushobekwa a promis d'ouvrir des enquêtes pour vérifier ces chiffres alarmants.

Je prends bonne note des allégations fournies par le Bureau conjoint des droits de l’homme.

Marie-Ange Mushobekwa, ministre congolaise des Droits de l'homme
08-05-2019 - Par Léa-Lisa Westerhoff

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.