Congo-Brazzaville: vers un accord avec le FMI

Christine Lagarde au siège du FMI à Washington, le mercredi 6 juillet 2011
© REUTERS / Kevin Lamarque

Mercredi soir, le Fonds monétaire international et le Congo étaient proches d'un accord. Au terme de la visite d'une délégation du FMI à Brazzaville, l'institution de Bretton Woods s'est dite disposée à conclure un accord avec la République du Congo. Un accord attendu à Brazzaville depuis plus d'un an et qui va permettre au pays de bénéficier d'un programme d'aide économique. L'optimisme régnait depuis fin avril, depuis que la Chine avait accepté de restructurer la dette que lui doit le Congo. Le FMI en faisait un préalable.

« Nous sommes à mi-chemin », confie une source gouvernementale. Si les autorités célèbrent tout de même le passage d'une étape essentielle, elles ne souhaitent pas en dire plus pour l'instant. Le 29 avril dernier, Pékin accepte enfin de rééchelonner l'énorme dette congolaise qu'elle détient, plus de trois milliards de dollars. La décision chinoise a fait pencher la balance. Un geste attendu par le FMI pour envisager de conclure un accord avec Brazzaville.

Après les révélations faites par RFI en août 2017 sur l'ampleur insoutenable de la dette congolaise, estimée à plus de 110% de son PIB, le FMI a réclamé un rééchelonnement de cette dette. L’institution a aussi exigé de Brazzaville un certain nombre de réformes et un douloureux programme d'austérité.

Côté FMI, la mission qui était présente cette semaine à Brazzaville souligne en tout cas un renforcement de la position budgétaire remarquable : le solde budgétaire global étant passé d’un déficit de 7,4% du PIB en 2017 à un excédent de 6,8% en 2018. Tandis que la dette publique a chuté de 118% du PIB en 2017 à 91% du PIB en 2018.

Négocier avec les créantiers privés

Aujourd'hui, Brazzaville a remis de l'ordre dans ses finances publiques et il ne manque plus que l'approbation par son conseil d'administration, pour que le FMI débloque un programme d'assistance. Cet accord pourrait déboucher sur une aide financière au titre de la Facilité élargie de Crédit, la FEC, le principal outil du FMI pour soutenir les pays à faible revenu. On ne connait pas pour l'instant le montant de cette aide, mais elle est généralement donnée sur une durée de trois à cinq ans. Pour l'instant, l'institution conseille au Congo Brazzaville de poursuivre l'assainissement des finances publiques, et poursuivre la restructuration de la dette extérieure envers les créanciers commerciaux.

En effet, le Congo n'est pas encore sorti d'affaire. Le texte de l'accord avec le FMI doit être présenté au conseil d'administration de l'institution mais il lui faut aussi finaliser les négociations avec un autre groupe de créanciers : les négociants pétroliers détiennent, eux aussi, une partie de la dette congolaise.

► C'est à la Une aussi de la revue de la presse africaine  

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.